C'est le début des vacances!

Les travailleurs Keven Lussier, Étienne Bradet, la barmaid... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les travailleurs Keven Lussier, Étienne Bradet, la barmaid Roxanne Dufour accompagné d'un autre collègue font partie des 7317 travailleurs de la construction en vacances dans la région.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Depuis vendredi midi, bottes et chapeaux de sécurité sont rangés pour deux semaines alors qu'ont débuté les traditionnelles vacances de la construction sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Comme c'est le cas depuis des décennies, les travailleurs libérés des chantiers ont profité de leur après-midi pour festoyer et partager un repas ou une bière avec des collègues dans l'un ou l'autre des bars et restaurants qui les ont accueillis à bras ouverts.

Dans l'un des bars du boulevard Saint-Paul, quatre travailleurs d'Interprojet, Keven Lussier, manoeuvre sur béton, Étienne Bradet, charpentier-menuisier, Dominic Lavoie, mécanicien de machinerie lourde, ainsi que Bernard Leblond, compagnon opérateur, dégustent leur première bière de vacances avant d'aller rejoindre la famille. «Les vacances cette année, on prend ça cool. On va faire du bateau et ce sera des petites vacances en famille et on va faire l'amour», déclare avec humour M. Lussier. Pour Étienne, le soleil, la plage, le rafting et le wakeball figurent à l'agenda des deux prochaines semaines.

Le quatuor s'estime chanceux jusqu'à maintenant puisque le volume de travail a été au rendez-vous. «Des entrepreneurs ont eu moins de travail. Les projets sortent et il peut y avoir des douzaines de soumissionnaires pour un même contrat. Les prix baissent en raison de la concurrence. Les entrepreneurs veulent faire travailler leur monde, c'est normal», affirme Dominic Lavoie.

Dans un autre bar du boulevard Talbot, l'endroit est rempli à craquer de travailleurs. Bruno Tremblay et son associé Bruno Simard, patrons de BTS Construction, dégustent leurs assiettes d'ailes de poulet accompagnées de bonnes bières. M. Tremblay veut bien nous accorder une entrevue à la condition de ne pas discuter de construction. «On s'est loué une roulotte et on s'en va en Ontario avec femme et enfants. Dans le passé, on était toujours dans le coin. Lorsqu'il y a de belles plages dans la région, on y va. Je serais surpris de voir mieux que le lac Saint-Jean, mais le fait de changer de milieu... Pas question de répondre au téléphone lorsque ce sera écrit 418 sur l'afficheur», affirme-t-il.

À une autre table, Denis Perron, chargé de projet chez Méthodex, sirote une «bièrette» en compagnie de collègues. «J'entrevois les vacances avec beaucoup de désirs. Pour moi, c'est très attendu.» Tout comme ses autres collègues, il constate que les contrats se font rares et c'est pourquoi il s'estime très chanceux de ne pas être touché par la pénurie de travail. Un voyage en Spider vers le mont Washington avec sa conjointe est prévu, mais il devra régler un petit pépin imprévu. «Ma piscine a fendu jeudi dernier. J'ai eu un dégât d'eau. Je vais faire un peu de ménage, mais je ne veux pas passer mes vacances là-dedans.»

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ils sont 7317 travailleurs à avoir reçu une paye de vacances estivales provenant de la Commission de la construction du Québec (CCQ) pour une enveloppe globale de 17,8 M$, en baisse de 3,3 M$ comparativement à juillet dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer