Prête à faire plus de travaux

Me Julien Boulianne... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Me Julien Boulianne

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une jeune femme y est allée d'un commentaire un peu surprenant au tribunal en disant que ça ne la dérangerait pas de faire plus de travaux communautaires que ce qui était suggéré.

La cliente de Me Julien Boulianne a plaidé coupable, jeudi matin, à une accusation de bris de probation de ne pas avoir fait un don de 100$ et de ne pas avoir effectué son changement d'adresse.

«Ma cliente reconnaît ses fautes. Pour le don, une somme de 100$ est très importante pour elle. Elle n'avait pas d'emploi et aucun soutien autour d'elle. Elle a essayé de prendre des ententes, mais ce n'était pas possible. Quant à l'adresse, elle a été obligée de laisser son appartement et couchait chez sa grand-mère et chez des amis. Elle n'avait donc pas d'adresse officielle à donner», a expliqué Me Boulianne.

Ce dernier a suggéré que la jeune femme de 21 ans fasse 10 heures de travaux communautaires pour payer sa faute.

Avant que le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, accepte ou refuse l'offre, Me Sabrina Tremblay, de la Couronne, a estimé que la suggestion des heures ne lui semblait pas suffisante.

«Je trouve que ce n'est pas beaucoup d'heures demandées pour les fautes commises», a soutenu Me Tremblay.

La jeune femme n'a pas hésité alors une seconde à y aller d'un commentaire audacieux.

«Je suis prête à en faire plus s'il le faut», a répliqué l'accusée.

Rapidement, Me Boulianne a signifié qu'il était là pour s'occuper du dossier, laissant voir à sa cliente qu'il se pourrait que le juge se range derrière la volonté de l'accusée.

Au final, le magistrat a tranché pour 10 heures de travaux communautaires.

«Je vois que vous avez eu une adolescence tumultueuse avec vos passages au tribunal de la jeunesse, mais que les choses vont mieux depuis que vous avez l'âge adulte. Vous me semblez vouloir reprendre le droit chemin avec vos deux emplois et votre appartement», a conclu le juge Daoust.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer