Une meilleure couverture assurée

Le transport effectué avec un hélicoptère Agusta permet... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le transport effectué avec un hélicoptère Agusta permet de diriger le patient directement à un centre hospitalier spécialisé.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

En déplaçant l'un de ses deux hélicoptères Agusta Westland Grand New de la base opérationnelle de Québec vers la base de Saint-Honoré, Air Médic espère abaisser le nombre de personnes qui décèdent dans des lieux inaccessibles par les services ambulanciers terrestres. Chaque année, 25 personnes perdent la vie dans de telles circonstances selon un rapport produit ces dernières années par le Protecteur du citoyen.

Selon le chef d'équipe Nicolas Duval, le nouvel... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Selon le chef d'équipe Nicolas Duval, le nouvel hélicoptère présent à Saint-Honoré permet de survoler le territoire du Québec à tout moment du jour avec l'utilisation des lunettes de vision nocturne.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Le vice-président marketing et communication d'Air Médic, Aziz... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 3.1

Agrandir

Le vice-président marketing et communication d'Air Médic, Aziz Fikri, s'est déplacé dans la région à bord d'un Agusta en compagnie de l'équipe de pilotes pour expliquer à la population les motifs des mouvements effectués

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Au lendemain de la publication par Le Quotidien de la nouvelle de l'acquisition par Cargair de la base opérationnelle d'Air Médic à Saint-Honoré, le vice-président marketing et communication d'Air Médic, Aziz Fikri, s'est déplacé dans la région à bord d'un Agusta en compagnie de l'équipe de pilotes pour expliquer à la population les motifs des mouvements effectués. 

Selon le chef d'équipe Nicolas Duval, le nouvel hélicoptère présent à Saint-Honoré permet de survoler le territoire du Québec toutes les heures du jour avec l'utilisation des lunettes de vision nocturne. À bord se trouvent un infirmier et un paramédic spécifiquement formés pour prodiguer des soins aéromédicaux à une personne alitée sur civière, blessée ou malade, à une vitesse de croisière pouvant atteindre 300 km/h. Des équipements spécialisés en néonatalogie, du personnel formé en inhalothérapie et la présence d'un téléphone satellite qui permet d'être en contact avec un médecin de garde constituent des avantages, mais il y a plus. M. Duval explique que le transport aéroporté avec cet appareil permet de diriger le patient directement au centre hospitalier spécialisé.

«Si une personne a subi une crise cardiaque, s'il s'agit d'un grand brûlé ou d'un patient qui s'est fait couper des membres ou avec un traumatisme grave, l'avantage est qu'on peut le transporter au centre hospitalier spécialisé, ce qui permet de sauver du temps. Il s'agit qu'on puisse disposer d'un lieu d'atterrissage libre de 100 pieds par 100 pieds pour qu'on puisse se poser. Avec l'apport du système de vision de nuit Anvis 9, il n'y a plus vraiment de limitations sauf la météo», explique M. Duval, un ex-militaire qui compte 21 années d'expérience aux commandes d'hélicoptères Griffon.

Selon M. Fikri, la décision de déplacer sur une base permanente à Saint-Honoré l'Agusta d'une valeur de huit millions$ fait en sorte que l'aéroport de Saint-Honoré gagne en importance stratégique puisque le rayon d'action d'Air Médic est augmenté pour couvrir l'ensemble du Québec à partir d'une partie du nord de la province en passant par Radisson, Val-d'Or et les Îles-de-la-Madelaine en utilisant des bases à déplacement dynamique et en combinant l'utilisation des avions et les hélicoptères.

Le vice-président croit que l'adhésion aux services d'Air Médic a été comprise par les Québécois puisque le nombre de membres est passé de 10 000 en 2012 à 150 000 cette année. Des propriétaires de chalets en milieux éloignés, des entreprises de toutes sortes oeuvrant dans le secteur minier et des amateurs de sports motorisés constituent une partie des membres. 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Air Médic effectue 75% de ses transports aéroportés à la suite de maladies plutôt qu'à la suite d'accidents. M. Fikri affirme qu'un transport de quatre heures avec un Agusta implique des frais de 12 000$, une somme qui sera refilée à la personne ayant omis l'achat d'une carte individuelle à 125$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer