Le CIUSSS cherche à mieux comprendre

L'homme est tombé du troisième étage à l'hôpital...

Agrandir

L'homme est tombé du troisième étage à l'hôpital de Jonquière. Son décès a été constaté sur place.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) poursuit son enquête afin d'en savoir plus sur les circonstances entourant le décès d'un homme de 76 ans qui a chuté du troisième étage de l'hôpital de Jonquière, samedi.

«On procède à l'évaluation des événements pour mieux comprendre ce qui s'est passé et s'il y a des améliorations qu'on pourrait apporter», a déclaré la conseillère en communications, Joëlle Savard.

Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, vers 15 h 15 samedi, ils ont constaté la mort évidente de la victime, qui a atterri sur le toit d'un bâtiment situé plus bas. Le coroner Sylvain Truchon a indiqué qu'il s'agirait d'un suicide.

La direction du CIUSSS continue d'offrir un soutien psychosocial aux employés de l'hôpital qui en ont manifesté le besoin. Joëlle Savard ne peut dire pour quelle raison la victime était hospitalisée. Elle évoque la confidentialité du dossier patient et le fait que le CIUSSS ne veut pas nuire à l'enquête.

Pas de signalement au bureau du syndicat

(Myriam Gauthier) Le syndicat des intervenants de la santé de l'hôpital de Jonquière ignore pour l'instant si l'équipe de travail était complète, samedi après-midi, à l'unité de soin, lorsqu'un patient s'est jeté du troisième étage par la fenêtre de sa chambre.

«Nous n'avons pas beaucoup d'information présentement, aucun salarié n'a appelé au bureau syndical à ce sujet», a indiqué Nathalie Savard, la présidente du Syndicat des intervenants et intervenantes de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ). Elle n'avait pas réussi à vérifier, lundi, si l'équipe de travail était complète au moment des événements ou si les employés étaient en surcharge de travail.

De l'aide psychosociale a été offerte rapidement samedi aux employés de l'Unité de courte durée gériatrique, où l'homme était hospitalisé. «C'est un événement déplorable», regrette la présidente.

Mme Savard précise que selon le plan présenté au syndicat par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux régional, cette unité ne sera pas affectée par les coupes de 15 M$ annoncées en juin dans le réseau régional.

L'Unité de courte durée gériatrique permet d'évaluer l'état des patients, pour déterminer s'ils peuvent quitter l'hôpital, où être transférés vers d'autres ressources, comme en centre d'hébergement et de soins de longue durée, par exemple.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer