La ministre ordonne une enquête

Il faudra attendre à vendredi matin pour connaître... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Il faudra attendre à vendredi matin pour connaître les réactions de la directrice, Sonia Boivin (photo), concernant les deux mandats d'enquête commandés par la ministre Lucie Charlebois.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean fera l'objet d'une enquête à deux volets à la suite du décès d'un enfant connu de ses services de la protection.

Ainsi en a décidé la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, après avoir été mise au fait de situations préoccupantes ayant eu cours dans le cadre d'interventions de la DPJ du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour faire la lumière sur cette triste affaire, la ministre s'est adressée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), un organisme indépendant du gouvernement qui a notamment pour mission d'assurer la promotion et le respect des droits énoncés dans la Loi sur la protection de la jeunesse, apprend-on dans un communiqué émis jeudi soir.

Processus scruté

Dans un premier temps, cet organisme aura comme mandat d'évaluer si toutes les mesures de protection possibles ont été prises par la DPJ régionale pour assurer la sécurité de cet enfant. Dans un second temps, le CDPDJ est chargé d'enquêter sur les services rendus par la DPJ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, concernant ses processus d'intervention et plus spécifiquement la réception, le traitement et l'évaluation des signalements. Il sera question, notamment, de l'analyse des mécanismes de prise de décision, de l'encadrement et de la formation des intervenants ainsi que des outils cliniques dont ceux-ci disposent pour réaliser leur mandat.

«Je souhaite que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse puisse apporter l'éclairage nécessaire sur les événements récents afin de s'assurer que de telles situations ne se reproduisent plus et de maximiser l'efficacité des services des directions de la protection de la jeunesse à travers le Québec dans le meilleur intérêt des enfants», a conclu la ministre Charlebois.

Évidemment, quasi aucun détail n'était disponible quant à la victime ou les circonstances qui ont incité la ministre à ordonner la tenue d'une enquête, et ce, dans le but de protéger son identité.

En attente

Du côté de la DPJ régionale, le cadre à la permanence, Pierre Villeneuve, a indiqué qu'aucun commentaire ne serait émis à ce sujet jeudi soir. La directrice régionale de la DPJ, Sonia Boivin, présentement en vacances, ne sera disponible pour répondre aux questions des médias qu'à compter de vendredi matin.

Impossible de savoir si les membres de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse ont prévu une rencontre imminente avec les autorités de la DPJ régionale ou du CIUSSS. «Comme ils sont indépendants, on ne peut pas leur imposer de délais. Mais c'est sûr qu'on espère (que l'enquête s'effectuera) le plus tôt possible pour pouvoir étudier les recommandations», a indiqué l'attachée de presse de la ministre, Bianca Boutin, lorsque jointe jeudi soir. Les recommandations portant sur le processus d'intervention pourront probablement s'appliquer aux DPJ des autres régions du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer