Centralisation en santé: un moratoire demandé

La préfète de la MRC Domaine-du-Roy, Ghislaine Hudon... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

La préfète de la MRC Domaine-du-Roy, Ghislaine Hudon

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Craignant une centralisation des services à Saguenay, les maires de la MRC Domaine-du-Roy demandent au gouvernement un moratoire sur la réforme du réseau de la santé et des services sociaux. Par l'entremise d'une résolution adoptée à l'unanimité, mardi soir, les élus ont dressé un bilan peu élogieux de cette réforme.

Ils ne digèrent pas le projet d'Optilab, qui prévoit l'abolition de 43 postes équivalents à temps complet (ETC) dans la région, dont plusieurs à l'hôpital de Roberval. Les maires ont signifié leurs inquiétudes à la présidente-directrice générale du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martine Couture, juste avant la séance publique. Malgré les échanges et réponses obtenues, ils demeurent en désaccord avec le projet.

«Nous aurions voulu le faire freiner, mais les décisions sont déjà prises. Nous demandons qu'un moratoire soit mis en place en 2017 pour l'ensemble du réseau», affirme la préfète, Ghislaine Hudon.

«On a eu des réponses à nos questions, mais ça ne nous a pas sécurisés. Est-ce qu'ils sont obligés de toujours centraliser à Chicoutimi? Est-ce qu'il y a des choses qui peuvent nous être ramenées ici, par exemple la buanderie? On travaille sur ça et on l'a sensibilisée. Il ne s'agit pas que des pertes d'emplois, mais aussi des impacts sur l'économie», a poursuivi la préfète.

Guy Larouche

Pour sa part, le maire de Roberval, Guy Larouche, demande au député de Roberval, Philippe Couillard, de se positionner et de revoir les décisions prises par son gouvernement.

«Il n'est jamais trop tard pour réagir, il suffit juste d'avoir une volonté politique. Nous l'avons vu avec le Foyer de groupe de Roberval qui a été rouvert peu de temps après sa fermeture», rappelle le maire.

Ce dernier rappelle que les coups encaissés par Roberval dans les dernières années, par exemple la désinstitutionnalisation de la déficience intellectuelle, qui a entraîné plusieurs pertes d'emplois.

Services techniques

Dans cette lignée et dans un avenir pas si lointain, les élus s'inquiètent du maintien des services techniques, tels les achats, l'alimentation, la buanderie, l'entretien ménager et les ateliers au CSSS du Domaine-du-Roy.

À cela s'ajoutent les mesures d'optimisation prévoyant l'abolition de 127 postes à temps complet. Celles-ci risquent porter un dur coup à l'économie du Lac-Saint-Jean, selon Guy Larouche.

«L'hôpital de Roberval est l'un des plus gros employeurs. L'impact de ces coupes est immense. On parle de près de 200 emplois directs. Si on arrive avec l'indirect, c'est un facteur multiplicatif de cinq. On est rendu à 1000 emplois. Pour l'économie, c'est épouvantable», termine le maire Larouche.

Optilab: la position des élus appréciée

(Laure Gagnon-Tremblay) - L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) se réjouit que la municipalité de Dolbeau-Mistassini ait adopté une résolution pour exiger le retrait du projet Optilab.

Les élus ont pris cette décision, lundi soir, lors d'une séance du conseil municipal à laquelle assistaient plusieurs employés du laboratoire de l'hôpital.

Selon la répondante politique de l'APTS pour la région, Lynn Brie, les villes sont les mieux placées pour constater les répercussions que le projet aurait.

Par voie de communiqué, elle mentionne que la réforme Optilab causerait 29 pertes d'emplois de technologistes médicaux au Saguenay-Lac-Saint-Jean, puisque la majorité des analyses médicales auraient lieu à l'hôpital de Chicoutimi.

« On oublie trop souvent que les laboratoires sont des services essentiels, au même titre que les urgences. Les conseils municipaux le savent, c'est pourquoi ils nous appuient. Nous les en remercions », peut-on lire dans le communiqué.

Le projet Optilab, qui vise une réorganisation des laboratoires dans toute la province, prévoit que des échantillons prélevés auprès de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec soient analysés à Chicoutimi. Les hôpitaux de Dolbeau, Alma, Roberval, Jonquière et La Baie verraient donc leurs activités réduites.

Par ailleurs, l'APTS, qui représente 1867 personnes dans la région, multipliera les demandes d'appui auprès des différentes MRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour sa requête de moratoire. L'organisation syndicale invite également la population à aller signer une pétition contre le projet Optilab sur son site web.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer