Poursuite d'une ex-candidate libérale

Mélanie Boucher... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Mélanie Boucher

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'ex-candidate du Parti libéral du Canada dans Jonquière et femme d'affaires Mélanie Boucher poursuit Gilbert Desrosiers pour une somme de 600 000$ pour dommages moraux et exemplaires à la suite de présumées fraudes qu'aurait commises l'individu demeurant dans le secteur Saint-Jean-Eudes.

Dans une requête introductive d'instance déposée en Cour supérieure le 6 juillet, Mme Boucher, qui était administratrice de Multi-Précision G.B. et candidate choisie par le Parti libéral du Canada dans Jonquière, soutient avoir reçu un appel téléphonique en février 2015 de Gilbert Desrosiers. Ce dernier soutenait pouvoir lui offrir son aide dans le cadre de la campagne électorale et la faire bénéficier de son présumé large réseau de contacts.

Dans les semaines qui suivent, lors de différentes rencontres, M. Desrosiers gagne la confiance de Mme Boucher à tel point qu'il se propose comme partenaire financier de Multi-Précision G.B., affirmant disposer de fonds jusqu'à hauteur de 300 000$. À la mi-mai, la requérante accepte de l'introduire progressivement à l'entreprise pendant deux mois. La requête précise qu'en aucun temps, la demanderesse ne donnera le pouvoir de lier l'entreprise de quelque façon.

En juin 2015, un découvert bancaire de 5000$ est constaté, résultant d'un chèque certifié de la main du père de Mme Boucher qui avait autorité pour le faire.

Confronté, M. Desrosiers soutient que ce montant représente ses honoraires pour son travail effectué.

Par la suite, d'autres actes sont constatés dont un mandat confié à deux entreprises destinées à lui faire imprimer des cartes professionnelles et un lot de chandails comportant le logo de MPGB l'identifiant comme directeur général de l'entreprise. Une machine à pression de marque Honda destinée à des fins personnelles aurait été acquise par Desrosiers. Ces actions ont conduit au dépôt d'accusations de vol et de fraude pendantes en cour.

Les 600 000$ en dommages réclamés découlent des présumés agissements de Desrosiers qui, à défaut de recevoir ses honoraires, aurait entrepris une campagne de dénigrement contre Mme Boucher en contactant certains médias et en affirmant disposer de preuves contre la candidate du Parti libéral voulant que cette dernière participait à des activités de fraude gouvernementale en payant les employés de son entreprise au noir.

Des courriels expédiés aux avocats du parti et la couverture médiatique coulent la campagne électorale de Mme Boucher qui décide le 6 juillet 2015 de remettre sa démission de son poste de candidate.

À la suite du dépôt d'accusations criminelles contre M. Desrosiers, le 18 janvier, ce dernier en rajoute devant les médias affirmant que ce dépôt est le fruit de manoeuvres politiques.

Estimant que ces agissements ont mis fin à son rêve de participer aux élections, qu'elle a dû se retirer de la gestion de son entreprise, qu'elle a été affectée par un manque d'estime personnelle et qu'elle a fait l'objet de déclarations mensongères, Mme Boucher réclame 600 000$ pour elle et son entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer