Le maire Hébert durcit le ton

Des employés du laboratoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini,... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Des employés du laboratoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini, le président de la Chambre de commerce, Dominic Saint-Pierre, et le maire Richard Hébert (à gauche) demandent au ministre Barrette de reculer avec son projet de centralisation des laboratoires à Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Dolbeau-Mistassini durcit le ton et exige que le gouvernement recule avec l'implantation du projet Optilab qui vise la centralisation des laboratoires médicaux.

La Ville a adopté une résolution en ce sens, lundi soir, en présence d'employés du laboratoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini et du président de la Chambre de commerce et d'industrie, Dominic Saint-Pierre. Une pétition va circuler pour inviter les citoyens de toute la MRC à refuser cette réforme et forcer le député de Roberval à faire pression sur le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'accepter un moratoire sur cette décision.

Le maire Richard Hébert juge que c'est l'économie de sa localité qui est en jeu. « On trouve que le déploiement se fait trop rapidement. Il faut assurer la sécurité et aussi assurer la traçabilité des échantillons lors des transports. On souhaite être entendu. Dolbeau-Mistassini n'acceptera pas de perdre des services qu'elle a chèrement acquis au cours des générations. Il n'y a pas grand-chose pour l'instant qui nous dit que ça va garantir la sécurité des patients et des emplois », a déclaré le maire Richard Hébert lors de la séance publique du conseil.

Les employés présents sur place et la répondante politique de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé des services sociaux (APTS), Linn Brie, ont indiqué que ce regroupement va avoir un effet sur la qualité des soins.

« Comme il va y avoir moins d'analyses dans nos laboratoires, il va y avoir moins de monde pour effectuer les prélèvements. Les gens vont attendre encore plus longtemps », a lancé tomber l'une d'entre elles.

Pour l'hôpital de Dolbeau, on ne sait pas combien il restera de professionnels après le regroupement. On estime que 70 % des analyses seront transférées à Chicoutimi. Que restera-t-il des huit employés à temps complet, des quatre à temps partiel et des huit autres qui effectuent du remplacement? « Dans la région, ça touche 81 personnes à part ceux qui travaillent au laboratoire de Chicoutimi. Trente-sept postes seront abolis et huit nouveaux seront créés à Chicoutimi. Ce sont les hôpitaux de Jonquière, La Baie, Alma, Roberval et Dolbeau-Mistassini qui sont pénalisés par cette réforme », a soutenu Linn Brie.

Déçu de Couillard

Le maire Hébert est très déçu du peu d'écoute démontré par le député de Roberval, Philippe Couillard, qui semble ignorer les doléances des maires de sa circonscription. « Le député de Roberval, on aimerait l'entendre décidément. On a déjà vu des politiciens changer d'idée. Si Roberval et Alma militent ensemble, je pense que ça peut influencer les décisions à venir. C'est ce que l'on souhaite », a-t-il déclaré.

Richard Hébert espère donc que tous les maires du Lac-Saint-Jean, dont celui d'Alma, Marc Asselin, entérinent le même genre de résolution. Des maires de la Côte-Nord et de la Gaspésie ont également témoigné de leur crainte à Richard Hébert. L'inquiétude et le mécontentement seraient grandissants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer