Le voleur du secteur nord en prison

Patrick Lavoie, 19 ans, domicilié à Saint-Honoré au cours des derniers mois,... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Patrick Lavoie, 19 ans, domicilié à Saint-Honoré au cours des derniers mois, prend la direction du centre de détention pour une période de 12 mois. Il a reconnu sa culpabilité à pas moins de 17 chefs d'accusation dans cinq dossiers pour ainsi mettre un terme à une épidémie de méfaits et larcins commis dans le secteur nord de Chicoutimi depuis un an.

«Vous occupez deux pages du rôle à 19 ans. Ce n'est pas quelque chose dont vous pouvez vous féliciter. Vous êtes à un moment de votre vie où vous pouvez décider de ce que vous voulez en faire», a déclaré le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, avant de prononcer la sentence proposée par les deux procureurs au dossier.

Le cas de Patrick Lavoie est particulier puisque ce jeune homme n'a pas manqué de répéter comme adulte ce qu'il faisait alors qu'il était mineur. Il commet de nombreux crimes, transgresse des engagements lorsqu'il est remis en liberté après son arrestation et plaide coupable pour une multitude de crimes. Selon le procureur de la poursuite, Me Michaël Bourget, il y a dans le comportement de Lavoie une habitude à la répétition.

Les dossiers pour lesquels il a reconnu sa culpabilité lundi ne sont pas anodins. Pendant une séquence passablement mouvementée, Lavoie a volé trois véhicules en trois jours avec des complices dans un commerce de voitures usagées du secteur nord de Chicoutimi. Il a incendié deux des trois véhicules embourbés dans des sentiers pour faire disparaître les traces du crime, mais il a finalement confirmé ces méfaits lors de l'enquête policière.

Le procureur en poursuite a résumé les crimes commis par Lavoie et surtout son incapacité de respecter les engagements. Il a contacté les policiers pour un événement afin de porter plainte pour vol. Lorsque les policiers ont rencontré le jeune homme pour prendre la plainte, ce dernier a sorti un cellulaire pour leur montrer des photographies alors qu'il était sous le coup d'une interdiction d'utiliser ou avoir en sa possession un tel appareil électronique.

Des policiers qui patrouillaient sur la rue Racine ont reconnu Patrick Lavoie alors qu'il déambulait devant le palais de justice en soirée. Ils ont procédé à son arrestation et ont découvert qu'il transportait dans son sac à dos des outils de cambriolage.

La poursuite a souligné au juge qu'un individu plus âgé aurait sans doute eu droit à une peine fédérale de plus de deux ans avec un tel dossier. Selon Me Bourget, le jeune âge de Lavoie, l'aide qu'il a apportée aux policiers pour compléter l'enquête et son plaidoyer de culpabilité pour 17 chefs d'accusation ont milité en faveur d'une sentence de 12 mois. Il faut noter que les introductions par effraction ont été commises dans des remises, ce qui rend le crime beaucoup moins grave.

Son avocat, Me Olivier Théorêt, a rappelé au juge que Patrick Lavoie souffre de problèmes de santé, dont un TDAH en plus du syndrome de Gilles de la Tourette. D'autre part, Patrick Lavoie a choisi de vivre avec d'autres jeunes de Saint-Honoré et c'est ainsi qu'il s'est retrouvé dans une telle situation. Il n'avait aucun encadrement familial au cours des derniers mois malgré le souhait de son père qu'il reprenne le droit chemin.

L'avocat a expliqué au juge qu'au terme de sa sentence, Patrick Lavoie sera hébergé chez une soeur de son père à La Baie. Il croit que cet encadrement familial permettra au jeune homme de sortir du cercle vicieux du crime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer