Gaudreault appuie la position du SNEAA

Sylvain Gaudreault... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Sylvain Gaudreault

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Jonquière à l'Assemblée nationale et chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, endosse la position du président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA-Unifor), Alain Gagnon. Ce dernier réclame une intervention énergique du gouvernement du Québec pour positionner la région dans l'industrie de l'aluminium.

Au cours d'une entrevue accordée au Quotidien, le député a soutenu qu'il serait important que le gouvernement intervienne dans l'industrie de l'aluminium comme il a décidé de le faire avec Bombardier, mais en s'assurant d'avoir des garanties beaucoup plus solides que le modèle d'affaires de la CSeries.

« En fait, ce que nous voulons, c'est que le gouvernement fasse preuve de plus de volonté en matière de nationalisme économique. La vente d'Alcan a eu lieu sous le gouvernement de Jean Charest et depuis, on a vu beaucoup de décisions économiques où le gouvernement a refusé d'intervenir comme Rona, Saint-Hubert et les usines de Cascades », a expliqué Sylvain Gaudreault. Il y a un sérieux manque de vision en matière de nationalisme économique du gouvernement libéral. »

Le député rejoint Alain Gagnon sur les avantages incomparables de la région pour l'industrie de l'aluminium dans le futur. Il fait ici référence à de l'aluminium produit avec de l'énergie propre alors qu'en ce moment, les augmentations de capacité sont alimentées par des centrales électriques utilisant des sources d'énergie fossiles.

« Peu importe la formule d'intervention que le gouvernement pourrait retenir, l'important est de s'assurer d'aller chercher des engagements formels pour les emplois de qualité. Nous devons profiter de nos avantages et surtout de l'abondance de l'énergie hydroélectrique en ce moment. »

Le député de Jonquière souligne que la région est en ce moment un véritable « désert » au chapitre des investissements industriels et gouvernementaux : « Pour les projets gouvernementaux, ce sont des investissements que nous avons annoncés lorsque nous étions au gouvernement, comme le pont Dubuc », critique le député.

Sylvain Gaudreault verrait d'un bon oeil le démarrage d'un projet industriel d'envergure comme le complément des deux dernières phases du projet AP-60 à Jonquière. Le député maintient que le gouvernement du Québec est tout à fait justifié de jouer un rôle beaucoup plus significatif dans un tel projet que ce qu'il fait en ce moment, en laissant l'industrie décider des échéanciers alors que l'État, via ses ressources énergétiques abondantes et surtout disponibles, a les outils entre les mains pour faire avancer les choses beaucoup plus rapidement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer