Ruinification du couvent des Ursulines: Roberval commande une étude

Guy Larouche trouve séduisante l'idée de garder les... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Guy Larouche trouve séduisante l'idée de garder les ruines du couvent des Ursulines pour en faire un attrait touristique.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Roberval va commander une étude pour évaluer les coûts pour réaliser une ruinification du couvent des Ursulines.

«C'est un concept qui semble plaire à beaucoup de gens. Moi, ça m'inspire beaucoup. Je pense que nous aurions ainsi un site magnifique qui nous permettrait de développer à son plein potentiel ce secteur du Jardin des Ursulines. Il faut maintenant savoir comment coûterait conserver une partie de la structure de la bâtisse tout en la rendant sécuritaire. En ayant un ordre de grandeur, on va savoir si c'est faisable», a témoigné le maire Guy Larouche.

La ruinifiaction consisterait à garder une partie de la structure extérieure du bâtiment en enlevant tout ce qu'on retrouve à l'intérieur, comme ça se fait en Europe. De plus, comme ce concept pourrait être considéré comme un projet touristique, il serait peut-être admissible à des aides gouvernementales.

Une semaine après la tenue d'une soirée de consultation sur l'avenir de ce bâtiment, le maire est satisfait de l'intérêt que cela a suscité. Même s'il y avait moins de 50 personnes présentes, la médiatisation du dossier a suscité l'intérêt.

«On reçoit des propositions de partout au Québec. On nous a même proposé d'y aménager un casino. On prend toutes les idées, même les plus folles, et nous allons poursuivre notre réflexion sur son avenir», a-t-il affirmé.

La population ne semble pas vouloir que le bâtiment soit démoli, même s'il semble presque impossible d'y trouver des locataires pour justifier une rénovation de près de 12 M$.

La ville pourrait même tenir un registre pour sonder la volonté de la population. «Un référendum, ça coûterait 75 000$, mais un registre, ça ne coûte pas cher. On va laisser passer les vacances et nous allons voir comment pourrait coûter la ruinification et laisser réfléchir les gens avant d'aller plus loin dans le dossier», a jouté le magistrat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer