Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, une région très homogène

Dans la région, c'est à Saguenay que les... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Dans la région, c'est à Saguenay que les salaires sont les plus élevés à 25 000$.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Les Almatois ne gagnent pas plus cher que les Robervalois et le Haut du Lac affiche un taux de travailleurs presque aussi élevé qu'à Saguenay. Contrairement à la plupart des régions du Québec, les MRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne présentent pas d'importantes disparités sur le salaire et le nombre de travailleurs. C'est ce qui ressort du dernier portrait Panorama des régions du Québec publié par l'Institut de la Statistique du Québec.

Le revenu disponible (après les charges fiscales), qui est demeuré stable avec un peu moins de 25 000$ par habitant, est relativement homogène dans la région. C'est à Saguenay (qui a statut de MRC) que les salaires sont les plus élevés à 25 000$, et dans la MRC Maria-Chapdelaine qu'ils sont le plus bas, à 23 000$. Le salaire est demeuré stable dans toutes les MRC, à l'exception de la MRC du Fjord-du-Saguenay qui a subi une baisse de 0,6%.

Aucune MRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne présente toutefois un revenu disponible supérieur à la moyenne québécoise de 26 046$.

Quant au nombre de travailleurs, la région se retrouve en mi-peloton. Aucune MRC ne figure dans le palmarès des 10 MRC avec les plus faibles résultats. Et l'écart entre les MRC de la région est, encore là, quasi inexistant. Saguenay enregistre le plus haut pourcentage de travailleurs, avec 71,5%, alors que le Fjord-du-Saguenay affiche le plus faible taux avec 68,8%.

«La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean est celle où il existe le moins d'écart entre les MRC quant au pourcentage de travailleurs. On voit la même chose dans les salaires. Il n'y a que trois régions qui se distinguent de cette façon au Québec. Ailleurs, les disparités et les contrastes à l'intérieur des régions sont plus importants. Il est difficile de donner une raison précise, mais le type d'industrie peut expliquer cette situation. Il y a peut-être moins de diversité dans les activités économiques que dans certaines autres régions», laisse tomber Marie-Hélène Provençal, chargée de projet à l'Institut de la statistique du Québec.

La région affiche un taux de travailleurs d'un peu plus de 70%, soit en deçà de la moyenne provinciale de 75%. Sans surprise, ce sont dans les MRC bordant les centres urbains de Montréal et Québec qui connaissent les croissances les plus importantes en matière de travailleurs.

Une perte nette de près de 600 citoyens

La MRC Lac-Saint-Jean-Est avait enregistré une hausse de... (Archives Le Quotidien) - image 3.0

Agrandir

La MRC Lac-Saint-Jean-Est avait enregistré une hausse de sa population en 2014, mais elle a connu une baisse en 2015.

Archives Le Quotidien

La région compte 577 citoyens de moins qu'en 2014. Au 1er juillet 2015, le Saguenay-Lac-Saint-Jean avait une population de 277 209. À pareille date en 2014, 277 786 personnes demeuraient dans la région. Un résultat qui vient annuler la légère hausse qu'avait connue le Saguenay-Lac-Saint-Jean, après un déclin populationnel survenu entre 2001 et 2006. Le taux d'accroissement est donc nul entre 2011 et 2015.

Presque toutes les MRC de la région ont connu une baisse de population. Mais la MRC du Fjord-du-Saguenay continue de se démarquer par une hausse du nombre de ses citoyens. En effet, ce secteur voit sa population progressivement augmenter depuis quelques années. Entre 2011 et 2015, son taux d'accroissement a atteint les 11%, ce qui est plus élevé que la moyenne provinciale de 8%.

La MRC Maria-Chapdelaine a connu la plus importante baisse pour la même période avec un taux négatif de 4,4%. Domaine-du-Roy et Saguenay suivent avec des baisses de 2% et 0,5%. Lac-Saint-Jean-Est avait enregistré une hausse en 2014. Mais la MRC a perdu autant de citoyens en 2015, ce qui lui vaut un taux d'accroissement de 0% entre 2011 et 2015.

Des perspectives économiques encourageantes

Les perspectives économiques sont en faveur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, si l'on se fie au dernier portrait de l'Institut de la Statistique du Québec. Dix des 17 régions de la province verront leurs investissements croître, selon les perspectives de 2015 sur les dépenses d'immobilisation. Et c'est en Abitibi-Témiscamingue (34,3%) et au Saguenay-Lac-Saint-Jean (24%) que la croissance devrait être la plus prononcée.

Ce sont surtout les industries productrices de biens qui agissent comme un moteur pour les investissements au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«La région est la deuxième au Québec en termes d'investissements. Ce sont des perspectives de 2015, donc est-ce que tout va se réaliser en 2016? On peut au moins dire que c'est positif comme résultat. Et surtout prometteur», mentionne Marie-Hélène Provençal, chargée de projet à l'Institut de la statistique du Québec.

Entre 2014 et 2015, il y a une hausse des investissements en construction au Saguenay-Lac-Saint-Jean qui arrive encore deuxième à ce chapitre, avec un bond de 24%.

Privé vs public

Les investissements privés devraient également dépasser les contributions publiques, annoncent les perspectives de 2015. Le gouvernement prévoit investir 454 millions$ alors que le secteur privé compte dépenser plus d'un milliard$.

Il n'y a que trois autres régions au Québec qui pourraient recevoir moins d'investissements publics. À Montréal, par contre, quelque 11 milliards$ seraient investis, dont la moitié provient du gouvernement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer