Pas de compressions à la CS Lac-Saint-Jean

Roxanne Thibeault, présidente de la Commission scolaire Lac-Saint-Jean.... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Roxanne Thibeault, présidente de la Commission scolaire Lac-Saint-Jean.

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Pour la première fois depuis longtemps, Québec n'impose aucune compression à la Commission scolaire Lac-Saint-Jean pour l'année 2016-2017. Le gouvernement a même haussé sa contribution pour l'ajout de services, dont une nouvelle maternelle 4 ans. Malgré cette trêve, l'organisation prévoit un déficit de près de 300 000$.

Les commissaires ont adopté le budget 2016-2017 en... (Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Les commissaires ont adopté le budget 2016-2017 en séance publique, jeudi soir.

Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Réunis en séance publique, jeudi soir, les commissaires ont adopté un budget de 92 713 338$. Le déficit sera puisé à même le surplus de l'organisation et devra être résorbé au cours de la prochaine année.

L'organisation, qui a vu son budget amputé de sept millions dans les dernières années, a préféré ne pas couper davantage pour éviter un déficit, afin d'absorber les impacts encore présents des compressions budgétaires.

«On donne des services supplémentaires, donc il faut aller en déficit. Mais on est chanceux, on est en surplus. On couvre donc notre déficit», assure Roxanne Thibeault, présidente de la Commission scolaire Lac-Saint-Jean.

«Ce qui a déjà été fait est encore là. On n'a pas retrouvé ce qu'on a perdu. On a quand même été coupé de sept millions. Mais on peut dire que c'est une année plus facile à budgéter. On ne coupe pas dans les services et on sera en mesure d'en ajouter», mentionne-t-elle, en parlant notamment de la nouvelle maternelle 4 ans qui ouvrira ses portes à l'automne à l'école Saint-Léon.

Taxes

Les citoyens verront également leur compte de taxes légèrement augmenter cet automne. Le taux 2016-2017 a été fixé à 0,31 276$ du 100$ d'évaluation foncière. Ce taux représente une augmentation de 1,77$ pour une propriété avec une évaluation foncière de 100 000$. L'an dernier, la hausse était de 2,47$ pour un immeuble de 100 000$.

«Le taux maximum permis par la loi est 0,35$. Donc, on n'est pas encore rendu à ce niveau. Et notre taux ressemble à celui des autres commissions scolaires de la région», précise Mme Thibeault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer