Pas suffisant, affirme le syndicat

Sept nouveaux agents à la prison de roberval

Selon le syndicat, plusieurs agents de la paix... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

Selon le syndicat, plusieurs agents de la paix sont obligés de faire des heures supplémentaires à la prison de Roberval pour répondre à la demande

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Même si sept nouveaux agents des services correctionnels vont s'ajouter à la prison de Roberval, le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec considère que ce n'est pas encore suffisant.

Depuis l'ouverture de la nouvelle prison de Roberval, ce syndicat réclame l'ajout de ressources. Il considère qu'il n'y a pas assez d'agents pour le nombre de prisonniers. De plus, ces effectifs insuffisants empêchent la prison d'être au maximum de sa capacité. «Je vous dirais qu'il y a des agents pour les deux tiers de la capacité carcérale. Il y a donc environ 180 détenus alors que la prison peut en contenir environ 250», avance le président Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie.

Il déplore que plusieurs agents soient obligés de faire des heures supplémentaires pour répondre à la demande. Un manque d'effectifs qui nuirait à la sécurité à la prison de Roberval, estime-t-il. «Il faut couper des services comme le gymnase ou le parloir, car nous n'avons pas assez d'agents pour surveiller les prisonniers dans ces secteurs.»

Comme les agents doivent faire, parfois, de quatre à huit heures supplémentaires après un quart de travail, la fatigue s'installe. «Je n'ai pas la statistique, mais je sais que ça amène de l'absentéisme au travail et de l'épuisement professionnel. Ce n'est pas mieux comme situation. Il faut que le ministère accorde un plan d'effectif convenable pour assurer la sécurité de tout le monde dans l'établissement», réclame-t-il.

Selon Mathieu Lavoie, ce sont au moins 15 agents qui seraient nécessaires pour offrir un service adéquat. «Les sept, ce n'est pas suffisant. On va poursuivre nos pressions pour que cinq à sept nouvelles personnes soient engagées», affirme-t-il.

Les sept nouveaux agents entreront en poste en juillet. Ils suivent une formation à l'École nationale de police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer