Lac Saint-Jean: plus de la moitié des bandes riveraines problématiques

Anne Malamoud, Ghislaine Hudon, Régis Girard, Aline Gagnon... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Anne Malamoud, Ghislaine Hudon, Régis Girard, Aline Gagnon et Jean-Pierre Gauthier ont présenté le projet «Des racines pour notre lac» qui vise à revitaliser les bandes riveraines du lac Saint-Jean.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Plus de 50 % des bandes riveraines autour du lac Saint-Jean ne sont pas adéquates. C'est pour cette raison que le projet « Des racines pour notre lac » est né pour « végétaliser » les secteurs les plus problématiques. L'Organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean pilote ce projet qui va s'échelonner sur deux ans.

La municipalité de Saint-Prime va réaliser des travaux... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 3.0

Agrandir

La municipalité de Saint-Prime va réaliser des travaux de végétalisation sur la bande riveraine à la marina. 

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Une équipe a réalisé une caractérisation de plus de 1800 segments de 100 mètres de berges pour avoir un portait juste de la situation. Ce sont donc 100 km de berges, soit 56 %, qui représentaient une végétation de mauvaise qualité. Ces problématiques se retrouvent principalement dans les secteurs résidentiels puisque souvent, il n'y a pas suffisamment d'arbustes entre la plage, la grève ou l'eau et le terrain des propriétaires. « Des pratiques telles que la tonte du gazon et l'installation de différentes infrastructures réduisent les capacités à filtrer les nutriments et les sédiments avant qu'ils n'atteignent le lac, à retenir l'eau, à stabiliser les berges et réduire l'érosion, mais également à créer des habitats pour la faune et la flore », a expliqué Anne Malamoud, coordonnatrice de l'organisme.

Il n'y a pas de municipalité où la situation est pire qu'ailleurs.

Sensibilisation

Pour sensibiliser les propriétaires de chalet et maison sur le bord du lac, une tournée des secteurs les plus problématiques sera effectuée. De plus, des assemblées d'informations auront lieu dans la plupart des localités.

Pour inciter les gens à aménager leur bande riveraine, le prix d'achat des végétaux sera réduit de 50 %. Aussi, il sera possible d'obtenir un plan d'aménagement pour 100 $ au lieu de 600 $.

« L'objectif est de rencontrer 2000 personnes pour les sensibiliser, de distribuer 4000 arbres et arbustes et d'aménager 110 bandes riveraines », espère Anne Malamoud.

Pour montrer l'exemple, la municipalité de Saint-Prime va réaliser des travaux d'aménagement de la bande riveraine dans le secteur de la marina. « On invite les propriétaires riverains à venir voir ce que nous allons faire pour les inspirer », a mentionné le directeur général de la localité, Régis Girard.

Ce projet a nécessité un investissement de 112 000 $. Rio Tinto a payé près de la moitié de cette somme, car elle croit à l'utilité du projet, lequel s'inscrit dans la philosophie du programme de stabilisation des berges. 

« Ce programme a porté ses fruits, les plages sont en moyenne 9,4 mètres plus larges qu'en 1958 et les berges n'enregistrent plus de recul », a indiqué Jean-François Gauthier, directeur général Énergie électrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer