Visite du chantier de la minicentrale de la 11e chute

Marc Morin a indiqué que les travaux se... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Marc Morin a indiqué que les travaux se déroulaient bien. Le coffrage et le bétonnage de la centrale devraient être terminés en février 2017. Environ 25% des travaux à faire sont exécutés jusqu'à maintenant. La centrale devrait être en fonction à la fin de l'année 2017.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les travaux vont bon train au chantier imposant de la minicentrale de la 11e Chute de la rivière Mistassini.

Les travaux de l'aménagement de la centrale dans... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Les travaux de l'aménagement de la centrale dans l'immense crevasse excavée sont impressionnants.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

En amont du chantier, il est possible de... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.1

Agrandir

En amont du chantier, il est possible de voir de l'autre côté de la rive à Girardville, les travaux qui se font pour l'aménagement de la ligne électrique. Un poste de raccordement sera construit. La ligne électrique qui surplombe la Mistassini sera enfouie à la fin des travaux. Aussi, de l'excavation sera réalisée pour agrandir le bras de la rivière pour faciliter l'écoulement de l'eau vers le canal d'amenée.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Les médias de la région ont été invités à constater l'évolution des travaux, jeudi. Le chantier est situé à l'est de la rivière, soit à environ 15 km de la municipalité de Notre-Dame-de-Lorette. Une soixantaine de travailleurs s'affairent sur le chantier dont environ 45 au bétonnage et au coffrage de la minicentrale.

Cette centrale sera aménagée dans un immense canal d'amenée qui a été presque complètement creusé. Cette imposante crevasse qui a été excavée cet hiver a une superficie de 20 mètres de large par 25 mètres de profond. Quand il sera complètement terminé, ce canal qui va servir à dévier l'eau à la centrale aura 300 mètres de long. Le dénivelé de la chute est de 17 mètres.

«Les travaux de la prise d'eau vont bien. Les aspirateurs de la prise d'eau sont en train d'être installés au plus bas de la centrale. Ces équipements vont repousser l'eau dans le canal de fuite après le turbinage. Actuellement, environ 500 mètres cubes de béton ont été coulés. Il en faudra 5 700 mètres cubes pour compléter la centrale vers la fin de février 2007», a informé le directeur du projet Marc Morin.

Une immense grue surplombe le chantier. Elle achemine au fond du canal le matériel nécessaire aux travailleurs dont la majorité est à l'emploi de Construction Bon-Air de Saint-Félicien qui a décroché le contrat de 10M$ pour le coffrage et bétonnage.

La vue du chantier au bord du gouffre est impressionnante. Surtout de voir que l'eau de la rivière est déjà présente derrière dans une portion du canal. Seule une section de roc d'environ 15 mètres a été maintenue pour effectuer les travaux à la centrale. L'excavation finale se réalisera quand la centrale sera construite.

Cette vue est encore plus imposante quand on se retrouve au fond du canal. C'est à ce moment qu'on saisit toute l'ampleur du projet. Il est difficile de s'imaginer que cette crevasse sera remplie d'eau en octobre 2017, moment de la mise en service de la centrale.

En amont

Environ 500 mètres en amont du chantier, il est possible de voir de l'autre côté de la rive (Girardville) les travaux qui se font pour l'aménagement de la ligne électrique. Un poste de raccordement sera construit à Girardville. La ligne électrique qui surplombe la Mistassini et qui sert à alimenter le chantier sera ultimement enfouie à la fin des travaux.

Du côté est, des travaux d'excavation auront lieu pour agrandir le bras de la rivière pour faciliter l'écoulement de l'eau vers le canal d'amenée.

Un batardeau sera aménagé dans le bras ouest avec un système d'évacuateur de crue.

Selon Marc Morin, l'incidence du barrage aura de répercussions jusqu' à 6 km en amont dans le secteur du Cran serré. «Le niveau que vous voyez aujourd'hui va ressembler à celui quand nous allons turbiner. Il sera de quelques centimètres de plus, mais moins que lors de la crue printanière. Il n'y a pas vraiment d'inondation. De plus, la présence du barrage va réduire les risques d'embâcles sur la rivière le printemps», a-t-il soutenu.

Entreprises régionales

Depuis le début des travaux ce sont 25 entreprises, principalement de la région, qui ont décroché des contrats dont Lar Machinerie, Rodrigue Piquette, Entreprise Rosario Martel, Équipement JVC, Prowatt et GA Climatecck. Au plus fort 220 travailleurs y oeuvraient. Cet automne, ils seront environ 120 personnes à s'activer sur le chantier.

Il n'y a pas de retard sur le chantier et environ le quart des travaux sont exécutés jusqu'à maintenant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer