Des sièges de prélèvements sanguins signés Ergofab

Laurent-Paul Ménard, porte-parole d'Héma-Québec, Jean-Francois Tremblay, directeur des... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Laurent-Paul Ménard, porte-parole d'Héma-Québec, Jean-Francois Tremblay, directeur des opérations chez Ergofab, et Pierre Bouchard, propriétaire et fondateur de STAS, posent avec le nouveau siège conçu à Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La capacité d'innovation de l'entreprise chicoutimienne Ergofab, spécialisée dans la fabrication de sièges ergonomiques, lui permet d'oeuvrer dans un nouveau secteur économique. Elle a obtenu le contrat de fabrication des sièges de prélèvements sanguins d'Héma-Québec.

Le système, muni d'une simple vis, permet de... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Le système, muni d'une simple vis, permet de modifier l'inclinaison d'un donneur aux prises avec un malaise en moins d'une seconde alors que le devis prévoyait un maximum de cinq secondes.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

À l'occasion d'une rencontre de démonstration tenue chez Ergofab, une entreprise née de la faillite du CROI faisant partie du Consortium STAS-Unigec et Voltam, Laurent-Paul Ménard, porte-parole d'Héma-Québec, accompagné de Jean-François Tremblay, directeur des opérations d'Ergofab, explique que chaque jour, dans la province, se tiennent quotidiennement de huit à dix collectes mobiles de sang requérant des sièges pour les donneurs. «Les équipements que nous possédons datent d'il y a une trentaine d'années et proviennent des États-Unis. Nous avions besoin de renouveler avec des équipements confortables pour les donneurs, mais aussi utiles et fonctionnels pour le personnel. C'est pourquoi nous avons lancé un appel d'offres avec un devis précis pour la conception et la fourniture de 220 fauteuils au coût de 260 000$.»

Après avoir remporté l'appel d'offres et réalisé deux prototypes, Ergolab a mis six mois pour concevoir un fauteuil avec structure en acier inoxydable en deux pièces dont le haut est inspiré d'une chaise berçante avec deux demi-cerceaux. Ce système, muni d'une simple vis, permet de modifier l'inclinaison d'un donneur aux prises avec un malaise en moins d'une seconde alors que le devis prévoyait un maximum de cinq secondes. Les bras amovibles, le siège lui-même et sa base qui peut servir de tablette sous le siège totalisent un poids de 27 livres, soit trois livres de moins que prévu au devis. Sa capacité de charge est de 330 livres, mais elle peut atteindre facilement les 500 livres, selon M. Tremblay.

Ce dernier explique que l'intention de départ était de fabriquer le siège en utilisant de l'aluminium sauf que pour des motifs sanitaires et d'hygiène, l'acier inoxydable a été préféré. «Nous travaillons avec le Centre québécois de recherche sur le développement de l'aluminium (CQRDA) pour analyser la possibilité de produire le siège avec de l'aluminium», affirme-t-il.

Le développement de ce nouveau siège ergonomique donne l'idée à la direction d'Ergofab de tenter de percer le marché canadien et américain pour y vendre des centaines d'exemplaires. La production des 118 premiers sièges et leur livraison à Héma-Québec n'a pas créé d'emplois, mais a permis de consolider cinq emplois existants.

Les premiers donneurs de sang pourront expérimenter le nouveau siège à l'occasion de la prochaine collecte de sang qui aura lieu lundi au local des Chevaliers de Colomb de la rue Fay, à Arvida.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer