La communauté atikamekw se sent trahie

La communauté atikamekw d'Opitciwan (Obedjiwan) se sent trahie par le... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La communauté atikamekw d'Opitciwan (Obedjiwan) se sent trahie par le gouvernement fédéral, qui a porté en appel des décisions du Tribunal des revendications particulières concernant l'inondation des terres lors de la mise en eau du réservoir Gouin en 1918.

«Nous sommes extrêmement déçus par la décision du gouvernement fédéral d'en appeler de certains de ces jugements. Pourtant, depuis son élection, le gouvernement de Justin Trudeau avait réussi à convaincre toutes les Premières Nations du pays du fait qu'il entendait faire de la politique autrement et qu'enfin, les autochtones retrouveraient leur juste place au sein des préoccupations gouvernementales. La déception est d'autant plus grande que nous avions cru aux belles paroles de justice sociale du premier ministre et que nous avions même été jusqu'à appuyer publiquement la candidature du député libéral de la Mauricie. De plus, comme la ministre de la Justice est elle-même issue d'une Première Nation, nous nous serions attendus à ce qu'elle soit sensible à notre réalité. Pour notre peuple, la trahison est d'autant plus grande», a déclaré le chef Christian Awashish, qui ajoute que cette position «est incohérente et indigne d'un gouvernement qui se targue de vouloir rétablir les ponts avec les communautés autochtones».

Le Tribunal des revendications particulières avait rendu des décisions favorables aux Atikamekw d'Opitciwan, le 20 mai dernier, confirmant que le gouvernement fédéral avait manqué à ses obligations de fiduciaire lors de la création de la réserve ainsi que lors de l'inondation du territoire pour la création du réservoir Gouin.

Conséquences

À l'époque, les inondations avaient causé la destruction des habitations ainsi que la perte de terrains et de tous les biens qui s'y trouvaient. «Cet événement a eu plusieurs conséquences graves pour la communauté. En plus de constituer un épisode traumatisant pour la population, les gestes posés ont entraîné la disparition définitive des traces de la mémoire collective de cette dernière, en plus de provoquer la perte du territoire ancestral qui assurait leur subsistance», rappelle le chef.

Dans son jugement, le Tribunal des revendications particulières mentionnait «que la Couronne fédérale a manqué à son obligation légale et fiduciaire durant le processus de création de la réserve et après la création de celle-ci», ajoutant que «ces manquements ont occasionné des pertes devant être compensées».

«En plus, pour ajouter l'insulte à l'injure, le gouvernement du Canada a déposé sa demande d'appel la veille de la Journée nationale des Autochtones. Quel message le gouvernement veut-il maintenant envoyer? Remet-il en question la légitimité du tribunal qu'il a lui-même créé? Une chose est certaine, cet appel du gouvernement aura de lourdes conséquences sur nos relations bilatérales et aura un impact considérable sur les négociations territoriales globales et les autres dossiers en cours», a poursuivi le chef Awashish.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer