Bilan de Karine Trudel: les libéraux n'ont pas livré la marchandise

Karine Trudel, députée de Jonquière.... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Karine Trudel, députée de Jonquière.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, est déçue de l'inaction du gouvernement libéral de Justin Trudeau. Selon elle, il n'a pas livré la marchandise en ce qui a trait aux investissements promis pour les infrastructures du pays.

En entrevue, celle qui représente la circonscription de Jonquière depuis le 19 octobre 2015 estime avoir bien réussi son apprentissage de la vie parlementaire à Ottawa malgré ses exigences qui font que les journées sont longues. Elle affirme qu'avant même d'être élue, elle s'était préparée tant au plan familial que personnel en fonction du travail à accomplir. 

Témoignant de ses premiers mois en politique, Mme Trudel observe que la première session parlementaire a été marquée par l'avant et l'après-budget. «Avant la présentation du budget Morneau, il y avait beaucoup d'espoir étant donné la similarité des programmes du Parti libéral avec le nôtre. Le budget fédéral a modifié considérablement la vie parlementaire. On a assisté à un resserrement avec le projet de loi C-10 qui a rendu légales les mises à pied de 2600 emplois de l'entreprise d'entretien d'avion Avéos.»

Le projet de loi C-14 concernant l'aide médicale à mourir a aussi mobilisé beaucoup de travail de la part des parlementaires.

Parmi les initiatives dont elle est particulièrement fière, Mme Trudel est heureuse d'avoir pu faire adopter une motion visant l'adoption d'une loi sur l'équité salariale au niveau fédéral.

Toutefois, elle considère qu'après avoir créé beaucoup d'attentes auprès de la population, les libéraux fédéraux ont fait fausse route dans le dossier des investissements en infrastructures dans les régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

«Le gouvernement a promis des travaux alors qu'on a de grands besoins en régions et dans les petites municipalités.» La lune de miel est-elle terminée entre le gouvernement Trudeau et la population? Mme Trudel ne répond pas directement à cette question puisqu'elle mentionne que son travail est d'oeuvrer auprès des ministres en place, non seulement lors de la période de questions, mais aussi en arrière-scène. «Je n'ai pas hésité à parler des enjeux de la région avec les ministres en place. Ça fait partie de mon travail.»

Les dossiers du lait diafiltré, du bois d'oeuvre avec les Américains, de la surtaxe sur le papier surcalandré ont été les principaux dossiers sur lesquels elle a oeuvré. Elle ne souhaite par que le Canada s'engage dans une nouvelle guerre sur le bois d'oeuvre et avoue avoir du mal avec le discours des Américains qui continuent de soutenir que l'industrie forestière canadienne est subventionnée. La semaine prochaine, Mme Trudel sera présente à la Chambre des communes pour accueillir le président Barak Obama ainsi qu'à la rencontre sur le commerce international touchant le traité transpacifique.

Postes

Dans le dossier de l'implantation des boîtes postales communautaires par Postes Canada, Mme Trudel, une ex-syndicaliste, rappelle que la population a jusqu'au 23 juillet pour faire connaître son opinion en lui transmettant un mémoire qui sera remis au comité consultatif formé par le gouvernement sur le sujet. La députée rappelle que Postes Canada a instauré un moratoire sur l'implantation de nouvelles boîtes postales et croit encore qu'un retour des facteurs est possible. «On constate que même s'ils avaient fait des promesses, les députés libéraux n'en font plus autant une priorité que durant la campagne électorale.»

Une autre consultation publique aura lieu le 7 septembre à l'Hôtel Delta concernant la réforme de la vie démocratique et Mme Trudel souhaite que la population se fasse entendre.

Départ de Mulcair

L'actuelle session a été marquée par l'annonce du départ futur du chef Thomas Mulcair à la suite du vote du congrès. «J'appuyais mon chef. C'est un homme d'expérience et aguerri qui connaît vraiment ses dossiers ainsi que le Canada dans son ensemble. J'ai appris avec lui. Ce que j'aime de M. Mulcair, c'est que c'est un homme de principe qui a eu la dignité de demeurer en poste pour assurer la transition. Il a débuté avec Jack Layton.»

Elle rappelle qu'à compter du 2 juillet, les candidats intéressés à la chefferie pourront faire connaître leurs intentions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer