Prêt à tout pour leur pitbull croisé

Tatoo est un chien mélangé de 10 mois.... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Tatoo est un chien mélangé de 10 mois. Il vit dans une maison où six personnes habitent et il n'aurait jamais fait peur à qui que ce soit.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une famille de Jonquière n'a pas l'intention de se débarrasser de son pitbull croisé, Tatoo, malgré les contraventions et la réglementation municipale de Saguenay. Elle compte plutôt se défendre devant le tribunal pour le garder à la maison.

Le petit Abel (10 mois) et son frère... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Le petit Abel (10 mois) et son frère Samaël (deux ans et six mois) s'amusent avec Tatoo.alors que leur maman, Alexandra, ne comprend pas la décision policière de leur demander de se débarrasser du chien. 

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Devant tout l'affolement entourant les histoires de pitbulls, Le Quotidien a appris que Martin Lemay, sa conjointe, Alexandra Dupéré-Simard, et leurs quatre enfants ont eu une très mauvaise surprise, mardi matin, lorsqu'un agent de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) est débarqué à leur domicile de la rue Saint-Dominique. Il venait leur annoncer que Tatoo devait quitter leur résidence et le territoire de Saguenay dans un délai raisonnable.

L'agent s'y est rendu à la suite d'une plainte d'un citoyen en lien avec la présence d'un chien d'une race interdite sur le territoire de Saguenay (article 60 des règlements municipaux sur les animaux, voir plus bas).

«Notre policier a expliqué la réglementation et a dit aux propriétaires qu'il était interdit de posséder cette race de chien sur le territoire. Il a émis un billet d'infraction de 149$. Les propriétaires devront fournir la preuve que le chien n'est plus en leur possession. Si ce n'est pas le cas, de nouvelles contraventions pourraient être données», a expliqué Bruno Cormier, porte-parole de la SPS.

Mais pas question pour la famille de se laisser faire comme ça. Le couple n'a guère apprécié la visite du policier et, surtout, d'apprendre qu'il devait se débarrasser d'un membre de la famille.

«Nous n'avons jamais eu d'avertissement. Il nous a dit qu'on devait le faire euthanasier ou nous en débarrasser. Et il veut que je lui en amène la preuve. Je peux te dire que ça n'arrivera pas, que notre Tatoo va mourir, un jour, d'un cancer ou en raison de l'âge, mais pas parce que certains exigent qu'on s'en débarrasse», note Alexandra, qui a reçu l'animal en cadeau il y a sept mois.

Le chien, d'une bonne taille, n'est pas pure race. Les propriétaires ne peuvent dire de quelle race il s'agit. Ils savent que c'est un mélange, mais sans plus.

«Ça fait sept mois qu'il est avec nous. Il se promène à travers les enfants. Il arrive que ceux-ci se chicanent, qu'ils se chamaillent, mais jamais Tatoo n'a jamais fait quoi que ce soit. Même notre bébé de 10 mois (Abel) se promène autour de lui sans danger. Il n'a jamais attaqué qui que ce soit. Tatoo a même peur des mouches», poursuit la maîtresse de l'animal.

«Je peux bien croire qu'il ressemble à un pitbull, mais ce n'en est pas un. Je comprends que des gens puissent être nerveux à la vue du chien en raison de tout ce qui s'est passé récemment, mais Tatoo n'a jamais démontré le moindre signe d'agressivité.»

«Lorsque nous sortons, nous lui mettons sa muselière. Pas parce que nous avons peur qu'il morde, mais bien parce que les enfants veulent lui toucher, le voir de près. Nous ne voulons pas les empêcher de le faire. Mais nous voulons être prudents», indique Alexandra.

Au cours des prochaines semaines, les maîtres et le chien suivront un cours de dressage. Tatoo sera aussi castré.

Le couple de Jonquière n'entend donc pas se défaire de l'animal. Il va se battre pour lui et s'attend à voir les policiers revenir à la maison sous peu.

ARTICLE 60.- RACES INTERDITES

Constitue une nuisance et est interdit en tout temps sur le territoire de la Ville de Saguenay :

1) Un chien de race bull-terrier, Staffordshire bull-terrier, American pitt-bull-terrier (p.i.h.)

ou American Staffordshire terrier;

2) Un chien hybride issu d'un chien d'une des races mentionnées au paragraphe 1) de cet

article et d'un chien d'une autre race;

3) Un chien de race croisée qui possède les caractéristiques substantielles d'un chien d'une

des races mentionnées au paragraphe 1) du présent article;

4) Un chien déclaré dangereux par l'autorité compétence suite à une analyse du caractère et

de l'état général de l'animal;

(source: site Internet de Ville de Saguenay)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer