Alma va resserrer son règlement

Le maire d'Alma, Marc Asselin... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le maire d'Alma, Marc Asselin

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Alma resserrera son règlement sur les chiens agressifs. Mais contrairement à d'autres maires du Québec, Marc Asselin ne compte pas bannir certaines races, dont les pitbulls.

La ville enregistre un peu plus d'une quinzaine de chiens de cette race sur son territoire. Le règlement municipal prévoit que les bêtes qui montrent des signes d'agressivité, peu importe la race, doivent être évaluées par des spécialistes avant d'être remises aux propriétaires. De nouvelles mesures seront ajoutées par la ville. Mais Alma préfère attendre les résultats du comité de travail sur la réglementation encadrant les pitbulls avant de modifier son propre règlement. Les conclusions de ce groupe, dont fait partie l'Union des municipalités du Québec (UMQ), doivent être rendues publiques à la fin de l'été.

« On va probablement se coller aux recommandations. Parce que c'est évident que ça va prendre plus de contrôle, plus de surveillance et plus de sévérité envers les chiens agressifs. Mais pour l'instant, je me méfie de l'hystérie collective. Ça dérape en ce moment. C'est pourquoi il faut user de patience et faire une réflexion froide avant de prendre une décision », exprime le maire d'Alma, qui était jusqu'à tout récemment un propriétaire canin.

Ce dernier ne croit pas que l'interdiction des Pitbulls est la solution pour assurer la sécurité des citoyens. À son avis, il faut viser les propriétaires.

« On n'en parle pas beaucoup dans les médias, mais il y a un marché noir pour créer des bêtes qui ne sont pas acceptables pour une société. Certains s'en procurent comme arme ou comme gardien. On doit se pencher davantage sur ces gens. Parce que ce n'est pas vrai que tous les propriétaires de Pitbulls sont comme ça. Il y en a un ici, à Alma, que je vois régulièrement avec ses deux chiens. Ils ont une muselière et le propriétaire a le contrôle. Il agit comme un maître responsable», donne en exemple le maire, rappelant que sa ville dénombre 2250 chiens enregistrés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer