Une loterie, deux causes

Texte: La Fondation Alexis-le-Trotteur lance une loterie pour... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Texte: La Fondation Alexis-le-Trotteur lance une loterie pour financer les Jeux d'hiver d'Alma et les Fêtes du 150e de la municipalité. Marc Villeneuve, président de la fondation, Jean-Denis Toupin, président de la 52e finale des Jeux du Québec hiver 2017, et Michel Brassard, président des Fêtes du 150e anniversaire d'Alma, ont participé au lancement de la loterie.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

La Fondation Alexis-de-Trotteur, née du surplus généré par les Jeux du Québec présentés à Alma à l'été de 1999, se lance dans l'aventure des Jeux d'hiver 2017 et des célébrations du 150e de la ville d'Alma.

Pour leur venir en aide, elle lance une loterie avec laquelle elle espère amasser 170 000$ qui seront répartis, selon les besoins, entre les deux événements.

Deux mille billets à 130$ sont mis en vente pour remporter l'un des six voyages d'une valeur de 5000$, un voyage au Cambodge ou une croisière à Hawaï de 10 000$, ou encore un manteau de loup marin fabriqué par Bilodeau ou un certificat cadeau de Meubles Gilles Émond, deux prix d'une valeur de 5000$ chacun.

Pour mettre toutes les chances de son côté, l'organisation, qui est bien consciente que les gens sont très sollicités, va se montrer flexible pour le paiement: retenues sur le salaire, versements bancaires mensuels préautorisés, chèques ou carte de crédit. Quelques employeurs, la ville d'Alma, la Commission scolaire Lac-Saint-Jean, Proco et Desjardins, ont d'ailleurs accepté d'offrir les retenues sur le salaire à leurs employés.

Pour Marc Villeneuve, président de la Fondation Alexis-le-Trotteur, cette collaboration avec les deux événements coule de source, puisque l'objectif de la fondation est de soutenir le sport amateur et encourager les athlètes prometteurs de haut niveau, et de faire la promotion de la vie artistique et culturelle. Une fois les deux événements terminés, la fondation espère conserver la formule du tirage pour bonifier les bourses qu'elle remet chaque année, fruit des intérêts tirés des surplus des jeux de 1999.

«Avec la baisse des taux d'intérêt, notre argent produit de moins en moins d'argent pour les bourses alors que les demandes sont en hausse. Un financement annuel serait le bienvenu», a commenté M. Villeneuve.

Lors d'une conférence de presse tenue lundi matin à la salle du conseil d'Alma, ce dernier s'est montré enthousiaste à l'idée de participer au financement de la 52e finale des Jeux du Québec.

«Les fonds qui seront amassés auront un impact direct sur notre qualité de vie. J'arrive du Grand défi Pierre Lavoie et ce qu'on fait, c'est pour notre jeunesse et la société va y gagner. Car 50% de ce qu'on paie en impôts va pour soigner les gens et si on ne change pas nos habitudes de vie, ce sera bientôt 75%. Les Jeux du Québec vont laisser à Alma des infrastructures et donner à nos jeunes des modèles d'excellence», a plaidé celui qui faisait osciller la balance à 220 livres avant de participer à son premier défi il y a huit ans.

Jean-Denis Toupin, président du comité organisateur des jeux, rappelle que sur les 6 M$ de budget dévolus aux compétitions qui se tiendront du 24 février au 4 mars, le milieu doit en amasser 1,7 M$. Toute aide est donc la bienvenue.

De son côté, Michel Brassard, président des Fêtes du 150e, a mentionné que l'argent de la loterie permettra à son organisation de mettre en valeur des artistes locaux lors des festivités. D'ailleurs, le comité des finances doit présenter son rapport à la fin du mois de juin pour permettre ensuite au comité responsable de la programmation de mettre la touche finale pour la fin d'août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer