Boire pour une bonne cause

Louise Bouchard, de distribution JPG, Josie-Ann Bonneau, du... (Photo Le Progrès-dimanche, Laura Lévesque)

Agrandir

Louise Bouchard, de distribution JPG, Josie-Ann Bonneau, du MEPAC, Mathieu Boily, brasseur à la La Chasse-Pinte, et Marie-Claude Bouchard, du conseil d'administration du MEPAC, invitent les gens à se procurer la bière affichant le logo du MEPAC, disponible au Marché Centre-ville de Chicoutimi et chez Broue et cie à Alma.

Photo Le Progrès-dimanche, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le Mouvement d'éducation populaire et d'action communautaire (MEPAC) lance une bière pour faire face au sous-financement.

L'organisme communautaire s'est associé à la microbrasserie de L'Anse-Saint-Jean, La Chasse-pinte, pour créer une toute nouvelle cervoise disponible dès maintenant au Marché Centre-ville de Chicoutimi et chez Broue et cie à Alma. Les profits de cette bière blonde seront remis au MEPAC, une organisation formée de 36 organismes communautaires qui travaillent à la défense d'une plus grande justice sociale.

« La microbrasserie la Chasse-pinte a été créée par une coopérative. Et cette coopérative existe parce qu'on a eu du soutien de la communauté. C'était donc parfaitement logique de redonner à la communauté en créant cette bière pour une bonne cause », exprime Mathieu Boily, brasseur à la Chasse-pinte.

Un peu plus de 250 bouteilles arborant le logo du MEPAC sont actuellement en vente. Un concours pour trouver le nom de la bière est cependant en cours pour la prochaine cuvée, à l'automne. Comme plusieurs organismes du milieu communautaire, le MEPAC doit constamment se battre pour obtenir du financement. Les instigateurs espèrent que cette bière permettra d'augmenter les revenus de l'organisation. 

« Les organismes communautaires travaillent d'arrache-pied pour réaliser pleinement leur mission. En parallèle des demandes faites au gouvernement pour augmenter nos subventions, on est constamment à la recherche de nouvelles formes de financement pour préserver notre autonomie et notre capacité d'agir en tant que groupe. Et quoi de mieux que de prendre un verre au soleil en se disant qu'on a contribué à soutenir un organisme communautaire de notre région », lance Josie-Ann Bonneau, coordonnatrice au MEPAC.

En plus de la collaboration des points de vente et de la microbrasserie, l'organisation peut compter sur la collaboration du distributeur JPG.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer