Dix huskies sèment l'émoi

Les bêtes étaient d'une nervosité frappante. Leurs jappements... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Les bêtes étaient d'une nervosité frappante. Leurs jappements donnaient froid dans le dos. En mortaise, il a été possible de constater que l'enclos est rabouté et qu'il est facile pour un animal de prendre la fuite.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Une meute de huskies en cavale dans les rues de Girardville a semé l'émoi dans la petite communauté du Lac-Saint-Jean, vendredi. Vers 6 h 30 du matin, dix chiens sont parvenus à sortir de leur enclos pour prendre le large.

Sur place, il a été possible de constater... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Sur place, il a été possible de constater que l'enclos est rabouté et qu'il est facile pour un animal de prendre la fuite.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

L'un d'entre eux a été happé mortellement alors qu'un autre a tué la chèvre d'un voisin.

«La meute au complet s'est mise à courir et quatre d'entre eux ont attaqué ma chèvre. Ce sont des chiens loups, alors elle était une belle proie pour eux. Pourtant, nous avions installé une clôture de fortune assez haute pour la protéger», a témoigné la voisine, propriétaire de la chèvre. La dame, qui préfère taire son identité, a été témoin de la scène.

Quant à son mari, il a attendu l'arrivée de l'autobus scolaire avec son fils à bord de sa voiture, garée en bordure de la chaussée.

«Il était 7 h 10 et ça sortait de tous les bords. Nous allons faire attention tant que les chiens n'auront pas tous été retrouvés. Mes enfants ne joueront pas seuls dehors», a commenté l'homme.

Et ce n'est rien de moins qu'un husky sur le qui-vive qui a accueilli Le Quotidien, sur les lieux. À peine quelques minutes avant l'arrivée du journal, au 76 rue Principale, les forces de l'ordre et le Refuge animal venaient tout juste de quitter l'endroit. Les autorités avaient passé la matinée à patrouiller dans les rues pour retrouver les chiens en fuite. En tentant d'aller cogner à la porte de la résidence, l'un des huskies s'est précipité en direction de l'auteure de ces lignes.

«N'allez surtout pas sur la propriété, ça pourrait être encore dangereux», a conseillé un policier qui nous a contactés après avoir été informé de notre présence sur le site.

Les citoyens de la petite municipalité étaient sur le qui-vive, dans la foulée où les attaques de pitbulls font la manchette ailleurs au Québec. Les policiers étaient aussi sur les dents.

«Nous les avons vu courir sur la rue Principale et ils se seraient rendus jusqu'à la côte du pont», a raconté une citoyenne, après avoir vu la carcasse du chien qui venait de se faire heurter.

Les bêtes étaient d'une nervosité frappante. Leurs jappements donnaient froid dans le dos.

Sur place, il a été possible de constater que l'enclos est rabouté et qu'il est facile pour un animal de prendre la fuite. Des témoins ont raconté que les bêtes auraient aussi tenté de s'en prendre à une vache.

La directrice générale du Refuge animal de Roberval, Annie Côté, confirme qu'une amende salée sera imposée au propriétaire des bêtes. «Il a contrevenu à six articles de la réglementation municipale. L'événement a déplacé beaucoup de gens et des dommages ont été causés.»

Selon le décompte obtenu de la Sûreté du Québec, en fin de soirée, six des dix huskies avaient réintégré leur enclos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer