Alexandre Cloutier souhaite contrer l'érosion de l'emploi en région

Le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale et... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale et candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, a présenté, jeudi, des engagements en matière de développement économique régional. Il était accompagné de sa collègue de Chicoutimi, Mireille Jean, ainsi que des députés de René-Lévesque, Martin Ouellet, et de Richelieu, Sylvain Rochon.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale et candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier, propose aux Québécois des régions d'instaurer une structure économique efficace pour contrer l'érosion de l'emploi tant dans les secteurs privé que public afin de mieux soutenir les promoteurs, et ce, dès leur apprentissage scolaire.

Le candidat a tenu un point de presse sur le site de la Croix de Sainte-Anne qui surplombe toute la région immédiate de Chicoutimi afin de bien faire sentir son attachement aux préoccupations régionales, contrairement au gouvernement libéral «qui a mis à mal» les structures de développement économique régional. Le député de Lac-Saint-Jean a rappelé que depuis deux ans, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean a perdu 2000 emplois alors que le premier ministre Philippe Couillard avait pris des engagements contraires avec la création de 250 000 emplois au Québec.

Des annonces comme celles du CIUSSS, jeudi matin, n'aideront en rien la situation économique avec des coupes additionnelles de 15 millions$ qui se traduiront par des réductions d'emploi et de services dans un réseau qui fait l'objet d'une centralisation.

«Philippe Couillard et le Parti libéral du Québec ont mis la hache dans les leviers économiques de nos régions et l'accompagnement de nos petites et moyennes entreprises. Sous ma gouverne, un gouvernement du Parti québécois redonnera à nos entrepreneurs et nos PME les outils pour se développer, créer de l'emploi et nous enrichir sur l'ensemble de notre territoire», a déclaré Alexandre Cloutier.

Le candidat à la direction du Parti québécois propose donc de modifier significativement les créatures à vocation économique du gouvernement en modifiant le rôle d'Investissements Québec «qui se contente en ce moment d'assumer la fonction de banquier». Alexandre Cloutier veut donc regrouper les fonctions de développement économique, exportations et financement sous le même chapeau pour faciliter la vie des entrepreneurs. Il maintient qu'en ce moment, un entrepreneur d'une région du Québec qui souhaite exporter à l'étranger n'a d'autre choix que de composer un numéro de téléphone débutant par le 514. Il cite aussi la situation dans des régions comme la Gaspésie où des entrepreneurs doivent faire 200 kilomètres pour obtenir des services.

«Les Fleurons»

Alexandre Cloutier entend également lancer le programme «Les Fleurons». Il s'agit, selon sa vision, d'un «ambitieux plan visant à identifier 100 entreprises à forte croissance et à leur offrir un accompagnement personnalisé d'Investissement et Développement Québec», la future créature économique d'un gouvernement du Parti québécois. Le député est convaincu que le Québec regorge d'une multitude d'entreprises dont le potentiel de croissance ne demande qu'à être propulsé.

Lors de ce point de presse, le candidat à la direction était accompagné de la députée péquiste de Chicoutimi, Mireille Jean, qui a obtenu des succès en affaires dans le domaine de la haute technologie. Elle a réitéré l'importance pour l'État de bien supporter les personnes qui ont des idées ou des projets. «Notre principale ressource, ce sont les gens et il faut les aider», a soutenu la députée qui a choisi d'appuyer la candidature d'Alexandre Cloutier.

Elle endosse sans aucune réserve les idées proposées en matière de développement économique et maintient que le développement économique ne doit pas dépendre uniquement des grandes entreprises spécialisées dans l'exploitation des ressources, même si ces acteurs doivent jouer un rôle important dans l'économie des régions.

Le député de René-Lévesque (Côte-Nord), Martin Ouellet, a bien illustré l'échec de la politique économique de l'actuel gouvernement. Les chiffres officiels confirment que cette région, qui a profité du boom minier, a maintenant perdu 1600 citoyens en deux ans. La Côte-Nord fait face à une réduction importante du prix des ressources (fer en particulier), et doit, selon le député, diversifier l'économie. Elle a donc besoin comme région de mécanismes adaptés à sa réalité et surtout accessibles facilement pour les promoteurs.

Pour compléter cette stratégie, Alexandre Cloutier prend l'engagement d'intégrer à la formation générale de tous les Québécois des cours portant sur l'économie en plus d'augmenter significativement le financement de la Fondation de l'entrepreneurship.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer