Gravel décidera d'ici le 27 juin

Me Charles Cantin représente Dany Gravel, de Dolbeau-Mistassini.... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Me Charles Cantin représente Dany Gravel, de Dolbeau-Mistassini. Dans ses mains, on aperçoit le volumineux dossier de l'accusé

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Dany Gravel se donne jusqu'au 27 juin pour décider s'il demandera ou non la tenue d'une enquête préliminaire.

L'homme d'une vingtaine d'années fait face à une multitude de chefs d'accusation en matière d'extorsion, recel et trafic de stupéfiants. Il aurait aussi commis un vol qualifié à l'aide d'un bâton de baseball.

D'ici sa prochaine comparution, l'accusé devra aussi réfléchir sur la proposition que la Couronne a déposée à son procureur, Me Charles Cantin. « Nous allons analyser l'offre. On nous a proposé de régler sur certains chefs et d'en retirer certains autres. C'est une offre sérieuse », a indiqué l'avocat de la défense, mardi, à sa sortie du tribunal.

Gravel aurait commis certains des crimes qui lui sont reprochés à l'endroit d'un individu qui serait vraisemblablement relié au monde interlope. Il aurait aussi fait d'autres victimes. Les événements se seraient déroulés entre février et mai 2015.

« Pourquoi ç'a été si long? C'est qu'il y a eu des expertises au niveau de la drogue et élaboration un inventaire des objets volés. Mon client a aussi fait une thérapie pendant trois mois à la Maison de l'Assuétude. C'est un dossier excessivement volumineux », a ajouté Me Cantin.

Gravel n'en est pas à ses premiers déboires avec la justice. Dans les dernières années, il a fait face à de nombreux chefs d'accusation en matière de vol et introduction par effraction. Il a notamment écopé d'une peine de 12 mois de prison en société, en 2012, à la suite de délits en semblable matière. En 2014, il a reçu une sentence d'un mois de prison à la suite de voies de fait.

Malgré cette feuille de route, son procureur croit qu'il semble démontrer la volonté pour se réhabiliter. « Sous toutes réserves, et en considérant la présomption d'innocence et du fait que nous avons plaidé non coupable, je considère que mon client présente un potentiel de réhabilitation. Il a fait des efforts pour se corriger au niveau de la consommation d'alcool et de drogue. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer