Le syndicat refuse de prendre le blâme et entend réagir

Le directeur des communications et des relations publiques... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur des communications et des relations publiques du Groupe Rémabec, Pierre-Olivier Lussier.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les dirigeants du Syndicat des travailleurs de la scierie Rémabec de L'Ascension, affilié à la CSD, n'ont pas levé le nez sur un investissement de 30 M$ pour moderniser l'usine. Ils entendent bien faire la lumière sur cette situation au cours des prochains jours malgré les positions de l'employeur qui leur fait porter le blâme.

Au cours d'un bref entretien avec Le Quotidien, le président Steeve Boudreault a atténué les propos du porte-parole de l'entreprise, Pierre-Olivier Lussier. «Il n'y a pas eu de conflit dans cette usine depuis 1981. Ça signifie qu'il y avait des relations de travail respectueuses entre les parties. On assiste à autre chose aujourd'hui.»

La direction syndicale a tenu une rencontre pendant la soirée de lundi afin d'articuler une réponse à la partie patronale. Le syndicat a également contacté le maire de la municipalité pour lui donner l'autre version de l'histoire et surtout mettre l'accent sur les raisons pour lesquelles les parties n'ont pas convenu d'une entente.

Steeve Boudreault explique que le syndicat n'avait aucune obligation d'entreprendre des négociations de façon hâtive. La convention collective prend fin le 31 décembre. «Le syndicat a même accepté d'engager des dépenses en débutant la négociation avant la fin de la convention collective. Mais on sent très bien que ce n'est plus la même chose qu'à l'époque où la famille Saputo possédait l'entreprise», reprend le président du syndicat.

L'actionnariat de Rémabec a été modifié. La famille Saputo a vendu 50% de la participation dans ses usines de sciage au Jeannois Réjean Paré. Depuis, le syndicat a senti une certaine transformation dans la façon de mener les relations de travail.

Le président Boudreault estime qu'il est toutefois prématuré de tirer des conclusions quant à la situation actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer