Un choix inquiétant pour la région

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, exige des explications sur les positions du gouvernement canadien dans les stratégies de négociation avec le gouvernement américain dans les secteurs du bois d'oeuvre et du lait diafiltré.

Les propos tenus la semaine dernière par le secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture, Jean-Claude Poissant, ont soulevé l'inquiétude chez la députée de Jonquière qui accorde une grande importance aux deux dossiers dont les règlements seront déterminants pour l'économie de la région. Jean-Claude Poissant a laissé entendre que les négociations avec les États-Unis en vue de renouveler l'accord commercial sur le bois d'oeuvre allaient avoir des impacts sur la position du gouvernement fédéral sur le lait diafiltré.

Dans une entrevue, le secrétaire parlementaire a admis que le gouvernement canadien allait choisir la «solution la moins dommageable pour l'industrie» et allait «choisir entre le lait diafiltré et le futur accord sur le bois d'oeuvre», précise le communiqué émis par le bureau de la députée.

Selon Mme Trudel, il est inadmissible de voir le gouvernement libéral laisser tomber les producteurs laitiers pour «sauver les meubles dans le dossier du bois d'oeuvre». Elle refuse de considérer qu'il n'y a qu'une seule option pour trouver des solutions à ces deux litiges commerciaux dont les conséquences se feront surtout sentir dans les régions.

«Est-ce que le gouvernement peut nous dire si le bois d'oeuvre et le lait diafiltré seront défendus sur un même pied d'égalité? C'est quoi sa solution la moins dommageable, fermer des scieries ou fermer des fermes laitières? C'est notre devoir de protéger ces deux secteurs névralgiques de l'économie québécoise, vous ne pouvez pas en laisser tomber un aux dépens de l'autre», a affirmé Karine Trudel.

Le gouvernement n'a pas été en mesure de fournir de réponse précise à la députée de Jonquière. Selon elle, la ministre responsable du Commerce international, Chrystia Freeland, s'est contentée de réponses laconiques à ses questions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer