L'aviron pour tous

« En position d'attaque ! On met les rames au carré et on les dépose dans... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

« En position d'attaque ! On met les rames au carré et on les dépose dans l'eau. En même temps... Allez-y ! » C'est sur ces directives de Michel Tremblay, le barreur, que les quatre rameurs installés sur l'aviron de mer exécutent leurs mouvements. Malgré l'inexpérience de deux des personnes, le « quad » file sur l'eau.

Le Club d'Aviron d'Alma permettait, dimanche, à toute la population d'essayer ce sport pour une première fois, dans le cadre d'une journée portes ouvertes. Sous la pluie, quelques braves ont tenté l'expérience sur le bassin Saint-Georges, à Alma. 

Les jambes, le dos, les bras, les mains : tout le corps travaille pour faire avancer le bateau. La technique, facile à première vue, mais plus compliquée une fois sur l'eau, donne du fil à retordre aux débutants. Toute la concentration est nécessaire pour bien réussir le mouvement et calquer son rythme à celui de ses coéquipiers pour éviter que les rames se cognent l'une contre l'autre.

« C'est normal qu'il y ait des accrochages au début, mentionne Michel Tremblay, également entraîneur. Lorsqu'on commence, on en réussit un coup, on en rate deux. Puis, on en réussit quatre de suite, et on en rate trois. Plus on se pratique, plus on réussit à faire plusieurs coups de suite. »

En effet, après une trentaine de minutes passées dans l'aviron de mer, les mouvements sont déjà beaucoup plus fluides et on prend plaisir à sentir glisser l'embarcation sur l'eau. Et même si elle tangue quelques fois après une fausse manoeuvre, il n'y a aucune crainte de chavirer.

« Sur un lac et sur des rivières, lorsqu'il y a de la vague, on est beaucoup mieux sur un aviron de mer, qui est plus gros qu'un aviron "traditionnel", qu'on retrouve aux Olympiques, qui sont plus étroits. Avec ces derniers, ça chavire plus facilement, alors on doit vraiment contrôler la technique. C'est pour ça qu'avec les débutants, on utilise des avirons de mer », explique l'organisateur de la journée portes ouvertes, François Bourgeois.

François Bourgeois... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

François Bourgeois

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le Club d'Aviron d'Alma souhaite, avec cette activité, démontrer que l'aviron est un sport accessible à tout le monde. D'ailleurs, l'un des 60 membres du club a près de 80 ans !

« On veut montrer notre sport, parce que malgré tout, ça reste méconnu, raconte M. Bourgeois. Les gens ne connaissent pas nécessairement l'aviron, parce qu'on en voit seulement à la télévision ou aux Jeux olympiques. Plusieurs personnes ne savent même pas qu'il y a un club ici ! »

De la fonte des glaces sur le lac Saint-Jean jusqu'au mois d'octobre, deux ou trois fois par semaine, le club organise des sorties en aviron. Qu'il fasse soleil ou sous la pluie, rien n'arrête les sportifs. En fait, c'est seulement les orages qui mettent un frein aux activités.

L'équipement, fourni par le club, est offert à tous ceux qui en font partie. « On peut en faire seul, à deux ou à quatre. Lorsqu'on est plusieurs, ça rend le sport plus accessible, parce que c'est moins individuel. On fait vraiment un travail d'équipe », conclut François Bourgeois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer