«Ce qui se passe avec l'Église, c'est terrible»

L'abbé Olivier Berteaux a célébré vendredi soir une... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

L'abbé Olivier Berteaux a célébré vendredi soir une messe catholique traditionnelle, devant une dizaine de participants. D'après l'organisateur de l'évènement, ces messes devraient prochainement devenir un rendez-vous mensuel pour les fidèles de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une dizaine de personnes se sont rassemblées, vendredi soir, pour assister à une messe catholique traditionaliste donnée par l'abbé d'origine française, Olivier Berteaux. Devant les fidèles, il a proféré un sermon sur l'institut du mariage catholique, et la nécessité de continuer de suivre la tradition.

«Ce qui se passe avec l'Église présentement, c'est terrible», a annoncé l'abbé au début du sermon. Selon lui, il était nécessaire de discuter profondément de la question du mariage, surtout après les récents évènements. La Fête de l'amour, notamment, tenue vers la fin du mois d'avril, avait ouvert ses portes à tous les couples, pas seulement à ceux mariés selon la tradition catholique.

«Il était important de remettre les pendules à l'heure, mentionne l'organisateur de l'évènement, Kenny Piché. Si j'étais allé à la Fête de l'amour, quel enseignement aurais-je pu avoir?»

«La Fête de l'amour s'adresse aux couples mariés. On ne condamne personne, on dit seulement que l'Église doit montrer le chemin qui a été montré par Jésus-Christ. Selon nous, c'est donc le mariage catholique qui est à suivre», ajoute François, l'un des fidèles présents à la messe.

Selon les préceptes mentionnés par l'abbé Berteaux vendredi soir, le mariage doit être réalisé entre un homme et une femme, dans le but premier d'avoir des enfants et de les élever. Chacun se doit fidélité et rien ne peut mettre fin au lien des deux personnes mariées. Selon lui, si un homme et une femme divorcent, ils ne peuvent pas se remarier, sous peine d'être coupables d'adultères.

«Ce n'est pas le fait de divorcer qui est un péché capital. Mais comme le divorce ne défait pas les liens entre les personnes, si un homme a une nouvelle femme, ou si une femme a un nouveau mari, ils commettent un adultère», a-t-il expliqué à l'assistance.

Par ailleurs, l'abbé Berteaux a expliqué aux croyants que les nouveaux enseignements de l'Église, notamment ceux du pape François, étaient en désaccord avec la tradition catholique.

Prenant pour exemple l'exhortation du pape, dans laquelle il prône une ouverture d'esprit de la religion catholique concernant le mariage, M. Berteaux a expliqué qu'avec ces nouveaux enseignements, la religion vit une crise idéologique.

«Depuis Vatican II, on a avancé une nouvelle doctrine et sans aucune honte, on affirme des choses qui sont dramatiques, terribles. Il me semble qu'un texte comme celui du pape peut nous faire pleurer, lorsqu'on regarde la situation de l'Église. Mais il peut également nous donner raison de dire qu'il y a quelque chose de dramatique qui se passe. Il ne faut pas lâcher, il faut se battre», n'a pas hésité à affirmer l'homme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer