Le syndicat dénonce les conditions

Manon Tremblay, présidente du syndicat des travailleurs du... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Manon Tremblay, présidente du syndicat des travailleurs du CIUSSS (Jonquière), Patricia Richard, ergonome pour la CSN, Gaston Langevin, vice-président régional de la FSSS-CSN, et Guy Laurion, vice-président national de la FSSS-CSN, ont sonné l'alarme, en conférence de presse, jeudi, sur les conditions de travail des préposés aux bénéficiaires.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

La réforme du Dr Gaétan Barrette nuit à la santé des préposés aux bénéficiaires qui travaillent dans les CHSLD de la région.

C'est ce que clame la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui dénonce les conditions de travail qui se sont dégradées depuis la mise en place de la loi 20.

Étude

Selon une récente étude menée par l'organisation syndicale, 32% des préposés aux bénéficiaires des CHSLD du Saguenay et d'Alma ont reçu un diagnostic pour une blessure physique et 30% ont reçu un diagnostic pour une lésion psychologique. Dans ces mêmes établissements, le taux d'arrêt de travail a presque doublé en un an.

L'étude, menée par l'ergonome de la CSN, Patricia Richard, démontre également une baisse de la qualité des soins offerts aux bénéficiaires. L'augmentation de la charge de travail est à l'origine de cette situation, insiste Manon Tremblay, présidente du syndicat des travailleurs du CIUSSS Jonquière.

«Nos préposés sont découragés. Ce sont des gens de coeur. Ils sont les yeux et les oreilles des infirmières. Mais ils n'ont plus le temps de bien faire leur travail, car on ajoute toujours de nouvelles tâches. S'ils doivent faire quatre bains par heure, c'est évident que ç'a un impact sur le soin. Pour manger, c'est la même chose. On presse les résidents parce que ça doit se faire en un temps déterminé, alors qu'on oublie les besoins des patients», plaide Manon Tremblay.

«On a instauré des exigences sur la quantité, mais pas sur la qualité», renchérit l'ergonome Patricia Richard.

Vice-président de la FSSS-CSN, Guy Laurion demande au gouvernement de mettre un frein à la réforme Barrette pour analyser les impacts sur les travailleurs et les patients.

«Un an après la réforme, rien ne va plus. La détresse des préposés est un indicateur fort des ratés de la réforme. Il doit y mettre un terme avant qu'il ne soit trop tard», réclame M. Laurion.

Rumeurs de compressions

Vice-président régional de la FSSS, Gaston Langevin craint quant à lui le pire avec l'imminent dépôt du budget du CIUSSS Saguenay-Lac-Saint-Jean. Des «rumeurs» de nouvelles compressions dépassant quelques millions$ circulent. «On s'en va où? On avait autrefois un réseau qui prenait soin de ses travailleurs et de ses patients, mais ce n'est plus le cas. On entend les nouvelles rumeurs de coupes. C'est pour ça qu'on interpelle le gouvernement immédiatement pour stopper la réforme et faire un état de situation», indique M. Langevin, précisant que le CIUSSS devrait déposer son budget à la mi-juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer