Oui à la baisse du nombre de districts

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, et le... (Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve)

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, et le conseiller Luc Boivin ont expliqué que le nombre de conseillers à La Baie ne devait pas être réduit.

Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La Commission de l'aménagement du territoire a adopté, mercredi soir, le projet de loi privé 212 présenté par l'administration du maire de Saguenay, Jean Tremblay. Le nombre de districts électoraux passera donc de 19 à 15, et ce, malgré le fait que l'opposition péquiste ait demandé une consultation publique par la Commission de représentation électorale.

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée... (Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, a quitté l'Assemblée nationale avec le sentiment du devoir accompli, mais en promettant de suivre le dossier de près.

Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve

Le débat sur la révision de la carte électorale et les divisions qu'il provoque s'est transporté à l'Assemblée nationale en présence du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux. Le maire Tremblay a été talonné de près par les députés péquistes présents qui se sont particulièrement intéressés au mode de consultations appliqué par les élus de Saguenay avant de proposer la réduction du nombre de conseillers à 15.

Outre le député de Dubuc, Serge Simard, parrain du projet de loi, Mireille Jean, députée de Chicoutimi, et Sylvain Gaudreault, député de Jonquière et chef intérimaire du Parti québécois, ont participé aux travaux de la commission qui, par moment, a laissé place à des propos houleux.

D'entrée de jeu, M. Simard a rappelé que la naissance de Saguenay, en 2002, avait été difficile en raison de l'importante opposition des citoyens de La Baie et du débat portant sur le nom de la ville, laissant même entendre que la chicane est un «sport propre aux gens de la région». M. Simard a dit souhaiter que la révision de la carte n'ouvre pas des plaies à peine cicatrisées.

Ses propos ont été repris en partie par le maire Jean Tremblay et le conseiller Luc Boivin lors de leur présentation d'une durée de cinq minutes. Critiqué sur la façon dont il a préparé le projet de loi, le maire a mentionné que le projet déposé a fait l'objet d'une consultation à travers le travail de chacun des conseillers.

Parmi les arguments utilisés, MM. Tremblay et Boivin ont justifié les décisions de maintenir trois districts à La Baie par le fait que cet arrondissement se situe à 18 km des autres arrondissements et une volonté de conserver le caractère différent du secteur. M. Boivin a insisté pour rappeler que la réduction à deux conseillers dans cet arrondissement serait impossible.

Après avoir entendu les propos des opposants au projet, dont la chef de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron, la conseillère Julie Dufour et les citoyens Laval Gagnon, Michel Roche et Jacques Pelletier, qui, tous, ont critiqué l'absence d'une véritable consultation populaire, le maire Tremblay a eu droit à des questions parfois serrées provenant de l'opposition péquiste.

Celle-ci a souvent cité l'exemple de Sherbrooke, une ville qui a remodelé sa carte électorale après avoir distribué de la documentation à la population, effectué un sondage et échoué une première fois. «Je ne suis pas venu ici pour qu'on se fasse comparer à Sherbrooke. On n'a pas de complexe. Il se peut que Sherbrooke ait été plus vigilante», a rétorqué M. Tremblay.

Le débat sur le redécoupage par arrondissement s'est poursuivi pendant de longues minutes, le maire insistant sur le fait que la nouvelle carte devait être connue le plus rapidement possible.

Amendement

En ce qui a trait à l'amendement proposé par les représentants péquistes, le caractère d'urgence en raison de la tenue des élections en novembre 2017 a été invoqué pour justifier son refus.

Le débat portant sur l'amendement péquiste a permis d'apprendre de la bouche du député Serge Simard que le projet de Saguenay aurait dû être adopté à l'automne 2015, mais qu'en raison des divers remaniements ministériels, le scénario a été modifié.

L'adoption du projet de loi privé 212 signifie que les modifications de la carte seront effectuées à l'intérieur des limites des arrondissements actuels. La loi prévoit que les citoyens soient consultés quant aux délimitations qui s'appliqueront en novembre 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer