Cloutier présente ses priorités en éducation

Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean.... (Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean.

Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Payer le matériel scolaire jusqu'au cégep, embaucher plus de ressources spécialisées, dont des orthophonistes et des psychoéducateurs, poursuivre l'implantation des maternelles quatre ans en priorisant les milieux défavorisés, bonifier la formation continue offerte aux enseignants et donner de l'autonomie aux directions d'école dans la gestion de leur budget.

C'est ce que promet Alexandre Cloutier si le Parti québécois (PQ) prend le pouvoir sous sa gouverne. Des promesses qui coûteront un demi-milliard $ par année à l'État. 

Le député de Lac-Saint-Jean et candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau vise également à faire grimper le taux de diplomation à 85 % avant 20 ans, et ce, dans un premier mandat. Ce taux frôle actuellement les 77 %. 

« C'est ambitieux. Mais je suis persuadé qu'on est capable d'y arriver. Il n'y a pas cent mille solutions. Ça doit passer par un réinvestissement important dans le réseau de l'éducation », insiste M. Cloutier.

Financement

Ce dernier compte dégager 500 millions $ grâce à plusieurs nouvelles mesures, dont la taxe sur les institutions financières, la fin des fiducies familiales et l'abolition de l'incorporation des médecins. 

« Ce sont des mesures que j'avais annoncées lors de la dernière campagne. Ce sont tous des exemples où on peut dégager des centaines de millions $. Des centaines de millions $ qu'on pourra transférer dans le réseau de l'éducation », répond le député de Lac-Saint-Jean. 

Un gouvernement péquiste dirigé par Alexandre Cloutier offrira le matériel scolaire gratuit à toutes les familles qui ont des enfants d'âge préscolaire, primaire et secondaire. 

« Les familles ont besoin de répit. Nous allons permettre aux parents une économie d'environ 150 $ par enfant, en plus de leur épargner le stress des emplettes de la rentrée scolaire. L'école publique devrait être véritablement gratuite pour tout le monde. »

Ce dernier s'engage aussi à moderniser la Politique d'adaptation scolaire du ministère de l'Éducation, en augmentant considérablement le nombre de ressources dans les écoles.

« Le nombre d'élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage ou d'adaptation a explosé, au cours de la dernière décennie au Québec, mais les ressources n'ont pas suivi », déplore-t-il.

Autonomie des commissions scolaires

Par ailleurs, M. Cloutier propose de donner davantage d'autonomie aux directions d'école dans la gestion de leurs budgets. Un gouvernement péquiste versera davantage d'enveloppes « non dédiées » et assouplira les exigences bureaucratiques de reddition de comptes du ministère de l'Éducation.

« Ce que nous disent les directions, c'est qu'elles n'ont pas accès aux enveloppes pour faire des projets plus locaux. C'est important d'avoir des sommes non dédiées qui donnent aux directions une plus grande marge de manoeuvre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer