Des prises dans les moyennes annuelles

La traditionnelle pêche au filet prenait fin vendredi,... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

La traditionnelle pêche au filet prenait fin vendredi, sur le Piékuagami.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

La pêche traditionnelle des Pekuakamiulnuatsh qui prenait fin vendredi devrait cadrer dans les moyennes annuelles. La cohabitation entre les Autochtones et les pêcheurs sportifs n'a pas causé d'irritants.

Charles-Édouard Verreault est délégué au patrimoine et à... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Charles-Édouard Verreault est délégué au patrimoine et à la culture ainsi qu'à la sécurité publique, à Mashteuiatsh.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Bien que les résultats n'aient pas encore été compilés, les adeptes de ce sport semblent avoir fait de bonnes récoltes.

Mais contrairement à la croyance populaire, les filets des Ilnus de Mashteuiatsh ne débordent pas. Bien au contraire, on compte leurs prises journalières sur moins de deux mains. Comme c'est le cas chaque année, le doré et la ouananiche ont été les espèces les plus prisées.

«La saison a débuté très tranquillement. Lorsque les glaces du lac calent, l'eau est toujours embrouillée», indique Charles-Édouard Verreault, délégué au patrimoine et à la culture ainsi qu'à la sécurité publique de Mashteuiatsh.

Au cours des trois dernières semaines, 40 certificats ont été émis, ce qui signifie que 80 pêcheurs ont tendu des filets.

Le chevauchement avec la pêche sportive n'a pas créé de conflit. Depuis quelques années, les Ilnus pratiquent leur passion dans une zone balisée dont la superficie s'étend sur 9 km2. Ce petit secteur situé en face de la réserve autochtone est voué uniquement aux gens de la communauté.

Des agents territoriaux effectuent une surveillance constante sur le plan d'eau afin d'assurer le respect des règles de pratique encadrant les activités traditionnelles. La délimitation de cette zone vise surtout à éviter que les moteurs des embarcations et les leurres de pêche endommagent les filets, installés à l'extrémité de deux bouées.«Il y a eu quelques interventions, mais c'était surtout pour donner de l'information. Souvent, les gens viennent de l'extérieur et ils ne sont pas trop au courant de la réglementation», poursuit M. Verreault.

Les résultats finaux de la pêche traditionnelle 2016 seront rendus publics sous peu. En 2015, 2542 dorés et 399 ouananiches ont été récoltés. Comme le veut la tradition, les gens de la réserve autochtone partagent leurs captures avec les membres de leur famille ainsi que leurs amis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer