Souligner l'importance historique d'Arvida

Sylvain Gaudreault (député de Jonquière à Québec), Jean-François... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Sylvain Gaudreault (député de Jonquière à Québec), Jean-François Nadeau (usine Vaudreuil Rio Tinto), Karine Trudel (députée de Jonquière à Ottawa) et Carl Dufour (président de l'arrondissement de Jonquière) ont lancé les festivités du 90e anniversaire d'Arvida avec la commémoration de l'ancienne ville comme site d'importance au Canada par Parcs Canada.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une étape supplémentaire vient d'être franchie pour faire de l'ancienne cité d'Arvida un site historique reconnu par l'UNESCO.

Les dirigeants de Parcs Canada ont dévoilé une plaque commémorative afin de souligner l'importance historique nationale d'Arvida dans le cadre du 90e anniversaire de cette municipalité industrielle.

Nicholas Roquet, membre de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, s'est déplacé dans l'enceinte de l'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus d'Arvida pour procéder à cette importante annonce.

La cérémonie a eu lieu en présence de la députée fédérale du Nouveau parti démocratique (NPD), Karine Trudel, du chef intérimaire de l'opposition officielle à Québec et député de Jonquière Sylvain Gaudreault et du président de l'arrondissement de Jonquière et conseiller municipal du secteur, Carl Dufour.

«Parcs Canada a pris cette décision pour souligner l'importance d'Arvida dans l'histoire du Canada, soit par sa contribution lors de la Deuxième Guerre mondiale et pour la vision de la compagnie Alcan en 1926 de mettre sur pied une ville afin de répondre aux besoins de ses employés. Ce sont des chapitres importants», explique M. Roquet.

Ce dernier n'hésite pas à qualifier Arvida de projet urbain exceptionnel. Les ambitions étaient élevées à l'époque, surtout qu'il n'y avait qu'un grand champ dans le temps.

«La compagnie Alcan a fondé une ville à la fine pointe de l'urbanisme pour cette période. On y retrouvait de l'efficacité, avec les routes, un lieu agréable pour y vivre, avec des arbres, un endroit confortable avec des maisons de bonne qualité. C'est ce qu'elle recherchait et c'est ce qu'elle a réussi à faire. Une ville champignon sortie tout droit de terre», ajoute M. Roquet, précisant que cela s'est réalisé dans un contexte économique difficile (à la veille de la crise économique de 1929).

«Et elle s'est très bien conservée. C'est la raison pour laquelle nous pouvons reconnaître son importance historique», ajoute-t-il.

Le conseiller municipal Carl Dufour ne cache pas que cette reconnaissance se veut un pas de plus vers l'obtention de la reconnaissance patrimoniale par l'UNESCO.

«Il s'agit d'une annonce très importante. Le symbole est excellent et envoi un message clair. Il nous manque maintenant la déclaration de site patrimonial de Québec (c'est long, dit-il) et d'être inscrit sur la liste indicative du Canada (ça s'en vient).»

Sylvain Gaudreault se réjouit aussi de cette commémoration. «C'était le signal que ça prenait. J'en suis bien content, car cela fait en sorte qu'Arvida est, pour Parcs Canada, comme les sites historiques de Louisbourg et du Vieux-Québec. On vient de franchir une étape de plus vers la reconnaissance de l'UNESCO», admet M. Gaudreault.

Son homologue fédérale, Karine Trudel, abonde dans le même sens et entend talonner la ministre de l'Environnement à Ottawa, Catherine McKenna, afin qu'elle rouvre la liste indicative du Canada.

«J'ai parlé de l'importance d'Arvida dans l'histoire du pays et je demande à la ministre de l'Environnement de rouvrir la liste indicative afin d'y inscrire le nom d'Arvida afin d'être considéré à l'UNESCO. Je vais revenir à la charge en septembre», assure la députée du NPD. «Cette plaque, c'est une partie du travail qui est fait. Être reconnu par l'UNESCO, ce serait un signe important pour attirer les touristes et pour l'économie.»

De plus, Arvida représente un cachet particulier pour Mme Trudel. Elle a été baptisée à l'église Sainte-Thérèse et a accompagné sa grand-mère, Rolande Lavoie, alors qu'elle était membre de la chorale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer