La FTQ discute des grands enjeux en congrès

Daniel Boyer est venu présenter les enjeux auxquels... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Daniel Boyer est venu présenter les enjeux auxquels veut s'attaquer la FTQ au cours des prochains mois.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Parmi les invités présents au cours des deux jours du congrès; le président de la FTQ, Daniel Boyer. Il a entretenu les 80 délégués sur les dossiers que souhaite défendre la centrale au cours des prochains mois.

«Il y a celui du salaire minimum qui a des répercussions partout au Québec et aussi dans votre région. Il faut continuer à militer pour la majoration du salaire minimum. Nous avons de plus en plus de travailleurs qui sont dans une situation précaire», a-t-il souligné.

C'est notamment le cas des régimes de retraite qui fragilisent les jeunes employés. «Nous voulons faire changer le Code du travail pour éviter qu'on retrouve deux types de régimes de retraite dans une même entreprise. Il y a des iniquités parce que les jeunes se retrouvent avec un régime moins avantageux que les plus anciens», a-t-il déploré lors d'un entretien avec le Quotidien.

Daniel Boyer estime que la région devra se positionner dans le contexte où les procédés industriels et la protection de l'environnement devront s'arrimer.

«C'est un peu aussi un message d'espoir que je veux lancer aux gens. Il faut que la région profite de notre campagne qui vise la transition vers des emplois verts et durables. On va d'ailleurs effectuer une tournée à ce sujet les 8 et 9 juin dans la région. C'est très important ici, la planète s'est donné des objectifs ambitieux à Paris. Il se doit d'y avoir une transition juste qui aura des impacts dans la région sur les emplois dans le domaine de la forêt et de l'aluminium. La région sera impliquée dans l'atteinte de ces cibles environnementales et doit impliquer les travailleurs et les syndicats dans ce débat.»

Le président a tenu à rappeler le véritable rôle de la centrale. «Avant tout, notre organisation a un rôle politique. C'est pour cette raison que nous allons continuer de talonner le gouvernement de Justin Trudeau pour qu'il apporte des modifications à l'assurance emploi, notamment pour les travailleurs saisonniers qui sont fragilisés. Nous avons l'obligation de faire pression sur les gouvernements pour faire avancer les droits des travailleurs», a-t-il souligné.

C'est le représentant régional, Marc Maltais, qui a ouvert le congrès qui se termine aujourd'hui. La FTQ compte 25 000 membres dans la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer