Un glissement de terrain sème l'inquiétude

L'affaissement de terrain est survenu en contrebas de... (Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve)

Agrandir

L'affaissement de terrain est survenu en contrebas de la prise d'eau de la compagnie Elkem Métal.

Photo Le Quotidien, Denis Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

En début d'avant-midi, des citoyens ont constaté que les eaux des rivières Chicoutimi et Saguenay ont pris une couleur brunâtre, le tout amplifié par le fait que trois pelles de la centrale Chicoutimi, propriété de Produits forestiers Résolu, étaient ouvertes pour évacuer un surplus d'eau.

Dans les instants qui ont suivi, les policiers ont été informés qu'un affaissement de terrain était survenu près de la prise d'eau de la centrale souterraine de la compagnie Elkem Métal. «Au même moment, on a reçu un appel d'une mère qui cherchait ses deux enfants, lesquels ne se sont pas présentés à l'école, ce qui a soulevé des craintes. Les jeunes ont été rapidement retrouvés», explique Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay.

En ce qui concerne l'affaissement de terrain, il se situe à la hauteur de la prise d'eau d'Elkem Métal au fond d'un ravin, a-t-on pu constater sur place. Selon Alain Cliche, directeur des ressources humaines, de la santé et sécurité du travail d'Elkem, des ingénieurs spécialisés en géologie de la firme Qualitas et du ministère des Transports et de l'Environnement ont été dépêchés pour vérifier l'état de stabilité des sols. Pendant ce temps, policiers et pompiers se sont assurés qu'aucun citoyen n'ait accès aux lieux par mesure de sécurité.

Selon les explications fournies par Jeannot Allard, porte-parole de Saguenay, l'hypothèse sur laquelle les experts travaillent est qu'un surplus d'eau s'est infiltré sous la digue d'Elkem pour se diriger vers le lit d'un ruisseau temporaire, ce qui aurait causé l'affaissement du sol sur une distance d'environ 50 mètres.

En fin d'après-midi, M. Cliche a mentionné qu'un déversement a pu survenir en raison de la pluie des derniers jours. «Pour le moment, nous en sommes à déterminer quelles solutions nous adopterons pour stabiliser le sol», explique M. Cliche.

En aucun moment, l'affaissement de terrain n'a entraîné l'interruption de production de la centrale hydroélectrique souterraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer