Le Grand défi ouvre ses livres

Pierre Lavoie... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Pierre Lavoie

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Lavoie concède qu'il aurait dû afficher les chiffres de la structure du Grand défi qu'il a fondé il y a huit ans avec Germain Thibault.

Toutefois, ce n'est pas en ayant de mauvaises intentions que les deux hommes n'ont pas ouvert les livres au grand public.

«On aurait dû être plus transparent et montrer plus de chiffres, mais en même temps, on met les autres mal à l'aise, a prévenu M. Lavoie, appelé à réagir sur le reportage de La Presse publié samedi. Il y a certains organismes sans but lucratif (OSBL) qui vont se rendre compte qu'ils ne sont pas au même niveau du tout. Il y a deux hommes qui travaillent comme des malades et leur priorité n'est pas de se remplir les poches. Leur priorité est de réinvestir dans la santé.»

Pierre Lavoie a précisé que moins de dix pour cent du budget du Grand défi Pierre Lavoie allait aux frais de gestion, d'administration et de collectes de fonds. Une statistique très rare pour un OSBL, selon le cofondateur.

«Quand je regarde le nombre d'heures que je mets là-dedans, le nombre de risques que je prends et ma non-présence à la maison, je trouve ça difficile de me faire critiquer là-dessus, a-t-il avoué. Je suis quelqu'un qui livre des projets et on va continuer de grossir.»

Le conférencier et triathlonien a mis l'accent sur trois aspects qui prouvent que le Grand défi Pierre Lavoie est doté d'une structure efficace. Des comptables ont confirmé que l'argent est redistribué au bon endroit, l'organisme fonctionnait et avait fait ses preuves et les frais de gestion ne représentaient qu'une petite partie du budget total.

«91 pour cent du financement du Grand défi vient du privé, a ajouté Pierre Lavoie. On ne reçoit pas une subvention gouvernementale pour pouvoir livrer des programmes. On doit les organiser et les financer. C'est extrêmement difficile et la preuve, il n'y a pas personne qui a osé faire ce qu'on a fait.»

Concernant le montant forfaitaire de 400 000$ que reçoivent Germain Thibault et Pierre Lavoie à titre de salaire, ce dernier a apporté certains bémols. «Une fois nos frais de transport et de représentation soustraits, le salaire que je reçois est celui que je recevais lorsque j'étais chez Alcan il y a huit ans, a-t-il mis en contexte. Il n'y a pas d'abus là-dedans.»

C'est la société privée Cube création qui remet les 400 000$ aux deux fondateurs. «Lors de la fondation du GDPL, des avocats nous ont dit que pour que ce soit performant, les dirigeants ne doivent pas faire partie de l'OSBL parce que s'ils ne sont pas bons, l'organisme est pris aveceux», a expliqué M. Lavoie.

Pour ce qui est du surplus monétaire de 5,4 M$, Pierre Lavoie a nuancé la situation. Pour assurer la pérennité du Grand défi, il est nécessaire de maintenir une somme dans les coffres de l'organisme.

«On a engrangé 5,4 M$ parce que si on perd un partenaire majeur comme Rio Tinto, on ferme les livres, a-t-il prévenu. On a besoin de financement et si on perd un commanditaire, il faut qu'on soit capable de continuer de fonctionner.»

Pierre Lavoie a également juré que l'harmonie régnait au sein de l'organisation, rejetant du même coup les allégations comme quoi Germain Thibault, le directeur général du Grand défi, était trop dur avec ses employés.

«Germain n'avait peut-être pas les qualités de ressources humaines et ça lui a pris un peu de temps avant de s'ajuster, a commenté l'Anjeannois. Germain, c'est un homme d'exception, c'est un capitaine de navire. Son travail est de faire avancer l'équipe dans la bonne direction.»

Le Grand défi en chiffres

Le GDPL génère des retombées sociales et économiques énormes. À preuve, depuis les débuts du mouvement :

· 7,2 M$ ont été remis directement aux écoles du Québec pour l'achat d'équipement et d'installations sportives;

· 1,7 M$ ont été remis pour appuyer 165 projets sur les saines habitudes de vie;

· 2,4 M$ ont été remis pour appuyer des projets de recherche sur les maladies héréditaires orphelines;

· Plus de 450 000 personnes sont en action grâce au Grand défi;

· Plus de 100 millions de cubes énergie accumulées chaque année.

Quelques statistiques intéressantes qui démontrent à quel point notre modèle est performant et notre gestion enviable :

· 90 % de chaque dollar que nous recevons en dons, en commandites ou en frais d'inscription à nos événements sont réinvestis dans la mission du Grand défi;

· 100 % des dons accumulés au-delà des frais d'inscription au 1000 km sont remis aux écoles choisies pour le parrainage;

· Le financement du Grand défi provient à 91 % de fonds privés;

· Le Grand défi figure dans le top-3 des organismes à but non lucratif comparables qui investissent la plus grande proportion de leurs dépenses dans leur cause respective (étude récente réalisée par la firme Ernst et Young);

· Nos frais de gestion et d'administration sont seulement de 6,3 %, un pourcentage inférieur à la moyenne d'autres OSBL qui sont plutôt à 9,4 %, et nos frais de collecte de fonds ne sont que de 3,25 %, un pourcentage également inférieur à la moyenne d'autres OSBL qui s'apparentent plus à 23 %.

Le Grand défi Pierre Lavoie c'est :

plus de 400 millions de cubes énergie réalisées dans 1450 écoles primaires et 550 garderies et CPE;

la mobilisation de plus de 450 000 personnes participantes;

l'implication de plus de 3000 bénévoles chaque année;

la création de 40 emplois, dont 25 à temps plein;

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer