Une vingtaine d'avions prêts au combat

Pas moins de 32 000 hectares de forêt... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Pas moins de 32 000 hectares de forêt seront pulvérisés dans plusieurs secteurs, principalement au nord de Girardville, Dolbeau-Mistassini, sur les monts Valin et au sud de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Une vingtaine d'avions sont prêts à décoller des aéroports de Saint-Méthode et de Saint-Honoré pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette qui fait d'importants dégâts dans les forêts de la région.

Une dizaine d'avions sont prêts à pulvériser des... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Une dizaine d'avions sont prêts à pulvériser des secteurs de forêt infestés par la tordeuse du bourgeon de l'épinette

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Pas moins de 32 000 hectares de forêt seront pulvérisés dans plusieurs secteurs, principalement au nord de Girardville, près de Dolbeau-Mistassini, sur les monts Valin et au sud de Saguenay. La tordeuse a gagné du terrain cette année pour couvrir plus de 1 056 000 d'hectares, soit 60% de plus que l'an dernier, alors que 643 000 hectares étaient infestés.

Et ce n'est pas fini. «On pense que l'épidémie sera encore plus importante en 2017 parce que celle de la Côte-Nord se déplace à l'ouest. Aussi, on note un mouvement vers le sud qui devrait se rendre jusqu'à Québec», indique le directeur de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM), Jean-Yves Arsenault.

En revanche, il est difficile de prédire combien d'hectares seront infestés. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans le développement de la prolifération.

C'est donc seulement une partie de la forêt touchée qui sera traitée cette année. «Nous évaluons les secteurs qui méritent le plus d'être protégés, ce qui donne habituellement 4,7% de la superficie. Cette année, 220 000 hectares à travers le Québec seront traités pour une somme de 16,3 M$», indique-t-il.

Actuellement, plusieurs dizaines de personnes sont à pied d'oeuvre pour que les équipes soient fin prêtes à commencer à pulvériser l'insecticide biologique Bacillus thuringiensis, variété kurstaki, communément appelé Btk.

Lundi, à l'aéroport de Saint-Méthode, des personnes veillaient à l'entretien des appareils. Une dizaine de Piper Pawnee munis d'un système spécial pour diffuser l'insecticide se trouvait sur le tarmac de l'aéroport. Un poste de commandement a été installé dans une roulotte de chantier afin de planifier et d'organiser les interventions.

Certains se préparaient à survoler les forêts pour voir si la tordeuse avait fait son apparition. Les équipes terrestres ratissaient certains secteurs pour voir si la bestiole avait fait son apparition. «Dès que l'on voit la présence de chenilles sur les arbres, on commence la pulvérisation. Ça devrait débuter en premier dans le secteur Dolbeau vers le 3 juin», estime M. Arsenault.

La température entre aussi en ligne de compte. La pluie et les vents forts empêchent la vaporisation de l'insecticide.

La pulvérisation devait s'échelonner sur environ trois semaines. Les équipes seront déplacées par la suite dans le Bas-Saint-Laurent

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer