Entente de 1,9 M$ par année

Les trois directrices des CJE de la région,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les trois directrices des CJE de la région, Isabelle Coulombe, Mylène Girard et Isabelle Gagnon, le président du CJE Saguenay Yvon Gagné, le premier ministre Philippe Couillard, le ministre François Blais, le député de Dubuc Serge Simard, le président du CJE Lac-Saint-Jean-Est Maxime Temblay et la directrice régionale d'Emploi-Québec Lison Rhéaume étaient réunis au CJE Saguenay vendredi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Selon le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale François Blais, le Saguenay-Lac-Saint-Jean se démarque au point de vue de la collaboration entre Emploi-Québec et les carrefours jeunesse-emploi (CJE) depuis que le mandat de ces derniers a été réformé, alors que la situation est plus problématique dans d'autres régions.

François Blais est ministre de l'Emploi et de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

François Blais est ministre de l'Emploi et de la Solidarité.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Le libéral était de passage à La Baie, vendredi, avec le premier ministre Philippe Couillard et le député de Dubuc, Serge Simard, pour confirmer le financement minimal de 1,9 M$ par an pour les trois CJE de la région, comme prévu dans l'entente-cadre entre le gouvernement et le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec conclue à la fin avril. Ce montant équivaut déjà à ce que les organismes recevaient, mais ils ont maintenant l'assurance qu'il sera stable durant les trois prochaines années. Il se situe à près de 46 M$ au total dans la province.

«J'espère que cette entente permettra de poursuivre cette collaboration efficace entre Emploi-Québec et les CJE. Ailleurs, ça se tiraille un peu, mais ici c'est particulier. S'il y a une si belle relation, c'est parce que tout le monde a le goût de travailler en complémentarité et c'est excellent», a déclaré le ministre Blais en conférence de presse.

Ailleurs dans la province, des voix se sont levées pour dénoncer que les CJE étaient devenus des «sous-traitants» d'Emploi-Québec et qu'ils n'avaient plus les moyens d'accompagner les jeunes efficacement. Le président du carrefour de Saguenay, Yvon Gagnon, n'apprécie pas ce terme et lui préfère «partenaire».

«Oui, il y a eu beaucoup de changements et on était préoccupés par notre nouvelle orientation, accorde-t-il. Au lieu d'être directement financé par le Secrétariat à la jeunesse, ça marche selon les services qu'on fournit à Emploi-Québec et les jeunes qu'on nous réfère. Ils peuvent quand même continuer de venir nous voir directement dans nos bureaux, on va leur répondre. Il y a eu une période d'adaptation et tout s'est bien replacé. C'est vrai qu'on se démarque au Saguenay, on se parle et on travaille beaucoup ensemble.»

Philippe Couillard a réitéré l'importance d'accompagner les jeunes qui font une première demande de prestation d'aide sociale pour s'assurer qu'ils pourront accéder au marché du travail, en lien avec le projet de loi 70 pour favoriser l'adéquation entre la formation et l'emploi. «On parle de chômage un peu plus élevé dans la région, mais ce qu'on entend ailleurs au Québec, c'est qu'il y a une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée», affirme celui qui est aussi ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Son adjoint parlementaire Serge Simard a montré sa confiance envers les CJE pour soutenir les jeunes. «Vous faites partie de la solution. Ce n'est pas tout le monde qui a les mêmes capacités et ils ont besoin de gens comme vous dans les carrefours pour les guider, leur dire qu'ils ont un avenir devant eux et faire ressortir ce qu'ils ont de mieux.»

François Blais a rappelé que les carrefours «bénéficient d'une grande latitude pour gérer leur budget» et qu'ils peuvent aider les jeunes à tout simplement se mettre en valeur dans leur curriculum vitae ou à rechercher efficacement un emploi.

En janvier 2017, les CJE de la région devraient s'intégrer au projet-pilote sur les saines habitudes de vie, la réussite scolaire et la citoyenneté active qui est présentement testé dans 25 carrefours de la province.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer