Véloroute: le maire de Saint-Gédéon s'exaspère

Une portion de la Véloroute est devenue difficilement... (Photo Le Quotidien, Stéphane Bégin)

Agrandir

Une portion de la Véloroute est devenue difficilement praticable et la situation pourrait se vivre durant toute la saison estivale.

Photo Le Quotidien, Stéphane Bégin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La patience du maire de Saint-Gédéon est sur le point d'être à sa limite. Jean-Paul Boucher est exaspéré d'attendre après le gouvernement provincial et le presse d'agir sur la situation qui touche le Chemin du golf dans sa municipalité.

Appelé à réagir sur l'article de mercredi du Quotidien concernant l'état lamentable de la Véloroute des Bleuets, le premier magistrat a fait savoir qu'il exerce des pressions depuis un bon moment auprès des instances gouvernementales afin d'avoir le soutien financier nécessaire. Il demande un peu plus de trois millions $ afin de pouvoir refaire le Chemin du golf, qui passe derrière le Club de golf Lac-Saint-Jean. Le tronçon de la Véloroute des Bleuets fait partie des plans, qui doit être joint au Chemin du golf et séparé par une bordure de gazon ou toute autre division sécuritaire.

« J'ai écrit une lettre au premier ministre Philippe Couillard il y a environ un mois pour lui demander d'exercer son leadership et de faire bouger les choses, a lancé Jean-Paul Boucher, visiblement irrité par la lenteur des démarches. Ça fait 12 ans que je demande que ce soit fait et on me dit toujours que ça va être fait dans six mois... Ça traîne et je me pose de sérieuses questions. »

Le maire de Saint-Gédéon a mis en relief que du développement domiciliaire créait un achalandage de camions lourd. La route encaisse du même coup les surcharges.

Trop dangereux

Concernant le piteux état du secteur de la Véloroute sur le Chemin du golf, M. Boucher a convenu que la situation était problématique. Lui-même un adepte de vélo, il n'utilise même pas cette portion tellement elle est dangereuse.

« À l'heure actuelle, je fais des pressions pour que les choses avancent, a-t-il souligné, ajoutant qu'il avait également communiqué avec le député de Lac-Saint-Jean Alexandre Cloutier pour l'inviter à pousser le dossier. Je ne veux pas faire de guerre politique, mais on en donne beaucoup dans le haut du Lac-Saint-Jean. Nous aussi on existe. Je ne peux pas croire qu'on n'est pas en mesure de trouver trois millions $ pour nous aider. »

En raison du secteur quasi impraticable pour les cyclistes, Jean-Paul Boucher est conscient que les retombées économiques risquent d'être moins présentes pour sa municipalité. Il a l'impression que ses citoyens sont oubliés.

« Ça fait beaucoup trop longtemps qu'on nous fait des "accroires", a-t-il martelé. Je dis à mes citoyens que ça s'en vient, mais c'est toujours reporté. On a un premier ministre qui vient de la région et c'est quelqu'un de censé. La situation presse, qu'on arrête de rire de nous. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer