Denis Lemieux veut des drones militaires

Le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux,... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, invite la population à participer activement à la consultation portant sur la révision de la politique de défense compte tenu de l'importance des installations militaires dans la région.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les Forces armées canadiennes (FAC) devraient-elles prioriser les missions de soutien de la paix ou s'impliquer plus directement dans les conflits armés? Doivent-elles maintenir leur capacité militaire dans l'ensemble du spectre des opérations ou encore devenir plus spécialisées en misant sur le fait qu'elles peuvent collaborer avec d'autres armées alliées?

C'est à ce genre de questions qu'auront à répondre les élus et citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean d'ici au 31 juillet dans le cadre des consultations publiques régionales entreprises par le gouvernement Trudeau visant à mettre à jour la politique de défense militaire. Une telle mise à jour n'a pas eu lieu depuis une vingtaine d'années.

En conférence de presse, le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a mentionné qu'avec la présence sur son territoire de la Base militaire de Bagotville, du Régiment du Saguenay et de la Réserve navale, les citoyens de la région se doivent de répondre à l'invitation du ministre de la Défense, Harjit S. Sajjan, afin d'établir le rôle joué par les FAC pour contrer les menaces.

Opportunités

Le député a rappelé que dans le cadre de l'examen de la nouvelle politique, il sera question des équipements et technologies qui seront utilisés dans le futur et, qu'à cet effet, la région pourrait saisir de nouvelles opportunités, entre autres avec l'achat de drones militaires.

«J'ai effectué des démarches dans le but de mettre de l'avant la Base de Bagotville afin qu'elle soit choisie pour recevoir des drones, un programme de 3 milliards $ qui pourrait procurer jusqu'à 450 emplois directs. Je considère que la région serait due pour une croissance de la Base de Bagotville. J'invite le ministre à voir le dynamisme qui règne à Bagotville, la seule base aérienne bilingue au Canada», a indiqué le député.

M. Lemieux a rappelé que la région, avec son relief accidenté, montagneux et un territoire relié à la mer, et avec la présence du Centre d'excellence des drones à Alma, doté d'un espace aérien réservé aux essais, serait la région tout indiquée pour recevoir des installations spécialisées dans le développement et la formation sur drones.

Interrogé sur le fait que la révision de la politique canadienne de défense ne se limite pas uniquement à l'achat ou non de drones, M. Lemieux a affirmé que toute question susceptible de faire croître les activités militaires dans la région, y compris le complément de la 2e Escadre expéditionnaire à 550 membres, l'intéresse.

La menace a changé

M. Lemieux est conscient que le visage de la menace a changé depuis 20 ans avec la montée du terrorisme dans des espaces non gouvernés, l'utilisation de tactiques hybrides ou encore des attaques provenant du cyberespace qui peuvent affecter la sécurité du pays.

En ce qui a trait aux consultations publiques, il est prévu qu'elles se dérouleront jusqu'à l'automne. Dans un premier temps, des tables rondes auront lieu avec des représentants de divers domaines de la société civile, des élus municipaux, d'ex ou d'actuels colonels honoraires. Le grand public est invité à livrer ses commentaires d'ici au 31 juillet sur le site Internet www.consultationsdefense.ca ou en écrivant sur consultations@ipsos.com.

Le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux,... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 2.0

Agrandir

Le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, invite la population à participer activement à la consultation portant sur la révision de la politique de défense compte tenu de l'importance des installations militaires dans la région.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Insfrastructures: 120 milliards $ sur 10 ans

Avec la disponibilité d'une enveloppe de 120 milliards $ réservée pour 10 ans dans le cadre du plan d'investissements en infrastructures, le député de Chicoutimi-Le-Fjord, Denis Lemieux, souhaite que les municipalités de la région en profitent au maximum pour remettre en état leur réseau d'aqueduc et d'égout, ou qu'elles mettent en place de telles infrastructures dans les cas où elles sont absentes.

M. Lemieux a rappelé que dans le cadre de son premier budget, le gouvernement libéral a dévoilé un plan qui vise à investir 120 G$ sur dix ans. Il vise dans un premier temps la remise en état et la réparation des infrastructures existantes, soit des réseaux d'approvisionnement en eau potable et de traitement des eaux usées ainsi que des logements abordables.

Des investissements sont prévus pour améliorer la gestion des actifs et planifier d'autres améliorations afin de respecter les exigences environnementales en vigueur. Chaque province recevra un montant de base de 50 M$ en plus d'une enveloppe établie au prorata de sa population.

Choisir les projets

Une consultation publique aura lieu afin de déterminer quels sont les projets qui seront priorisés. « L'enjeu est de déterminer comment les programmes vont s'articuler pour que la région puisse tirer au maximum des retombées des 120 G$ disponibles. »

Interrogé sur la possibilité que l'argent disponible puisse servir à la rénovation du Centre Georges-Vézina, à la restauration du Palace ou encore à la construction d'un second pont sur le Saguenay, M. Lemieux a mentionné qu'il faudra travailler à inclure ces types de projets à l'intérieur des programmes d'aide. Il a mentionné que l'enveloppe globale d'Ottawa est versée au gouvernement du Québec et que c'est à lui de déterminer quelles sont les demandes des villes, municipalités et collectivités devant être priorisées.

Une seconde phase du plan sera conçue en collaboration avec les partenaires du fédéral afin de répondre aux priorités à l'échelle locale en tenant compte des objectifs nationaux.

Des rencontres avec des élus et représentants de diverses organisations permettront d'établir à quoi ressembleront les collectivités dans dix ans en plus d'établir quelle est la meilleure formule de financement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer