Airmédic: un hélicoptère se pose d'urgence

L'hélicoptère d'Airmedic a évacué les passagers de l'appareil... (Photo courtoisie)

Agrandir

L'hélicoptère d'Airmedic a évacué les passagers de l'appareil qui avaient dû atterrir d'urgence dans un secteur forestier près de Roberval.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Un hélicoptère Bell-407 a dû faire un atterrissage d'urgence dans un secteur forestier, lundi, à 30 minutes de vol de Roberval. L'engin, dans lequel sept personnes prenaient place, aurait connu des difficultés, forçant le pilote à se poser. Heureusement, personne n'a subi de blessure importante lors de cet atterrissage survenu en matinée. Le pilote a contacté les autorités et le service d'Airmedic dont il est membre. L'appareil de cette entreprise spécialisée dans les évacuations médicales aériennes est arrivé rapidement sur les lieux.

« Les passagers de l'hélicoptère, soit une jeune famille avec deux enfants, ont été immédiatement transportés à Roberval par Airmedic. Étant donné que personne n'avait subi de blessures importantes, l'équipe médicale est demeurée sur place avec le pilote et deux autres passagers. La priorité, c'était de transporter d'abord la famille. L'appareil d'Airmedic est ensuite retourné sur les lieux pour ramener les autres à Roberval », confirme Aiz Fikri, responsable des communications chez Airmedic.

Le Bureau de sécurité des transports a été avisé de l'atterrissage forcé qui aurait, selon le rapport d'Airmedic, été causé par une perte de contrôle de la puissance du moteur. L'organisation, responsable de mener les enquêtes sur des événements dans les modes de transports maritimes, de pipeline, ferroviaire et aéronautique, n'a toutefois pas dépêché d'enquêteur sur les lieux, du moins pour le moment.

« On est présentement à l'étape de la cueillette d'informations. L'enquêteur doit parler au pilote notamment pour voir ce qui se serait produit. Mais on se donne normalement 48 heures pour déterminer si on doit ou non se rendre sur place et ouvrir une enquête », explique Julie Leroux, responsable des communications au Bureau de sécurité des transports.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer