Un colloque pour gérer les nouveaux défis

Les avocats Pierre Parent (bureau de Saguenay), Richard... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Les avocats Pierre Parent (bureau de Saguenay), Richard Gaudreault (Montréal), Louis Ste-Marie (Québec) font partie des conférenciers qui se sont adressés aux participants du colloque.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Les accommodements raisonnables, les comportements des salariés sur les réseaux sociaux, l'enjeu de productivité dans la négociation de convention collective, la gestion des dossiers de lésions professionnelles... Quelque 175 personnes ont pu en apprendre davantage sur les nouveaux défis liés au monde du travail en participant à l'édition saguenéenne du Colloque Cain Lamarre travail et emploi, tenu jeudi dernier à l'hôtel Delta de Jonquière.

Il s'agit d'une journée de formations gratuites portant sur les enjeux et les sujets qui touchent les employeurs et spécialistes en ressources humaines dans la gestion quotidienne de leurs organisations.

« On offre cette journée à nos clients. Le but est d'une part de leur parler des développements récents en matière du droit du travail. Et d'autre part, on propose des ateliers pratiques qui mettent en application ce qu'on développe, nous comme praticien, pour les aider à aborder les problématiques et les défis qu'ils ont », décrit l'un des coorganisateurs du colloque, Me Richard Gaudreault, avocat au bureau de Montréal. 

Ce colloque national, qui voyage dans plusieurs villes du Québec, réunit 10 conférenciers provenant de la firme Cain Lamarre, dont Me Louis Ste-Marie, qui a discuté des enjeux reliés aux réseaux sociaux.

« Les gens ne sont pas conscients qu'en publiant des images ou des propos, ça devient de nature publique. Ils ne se rendent pas compte que l'employeur peut sanctionner ou intervenir. Ce qui était à l'époque des événements ou des propos hors travail se trouvent maintenant transposer publiquement. On parle notamment de propos dénigrants envers l'entreprise ou même envers des groupes sociaux ou des discours racistes. Si cette personne affiche qu'elle travaille à tel endroit, et bien les propos viennent interférer dans le milieu du travail », donne en exemple Me Ste-Marie, également coorganisateur de l'événement.

La négociation de convention collective fait aussi partie des sujets qui ont suscité l'intérêt des employeurs de la région, présents au colloque. La notion de productivité doit plus que jamais faire partie des échanges entre la partie patronale et le syndicat.

« Les entreprises au Québec ont une énorme pression de productivité. On s'aperçoit qu'il y a de plus en plus de fabrications qui reviennent en Amérique, donc il y a des opportunités. Mais les entreprises doivent être très productives. Ce qu'on essaye de faire, c'est aider les entreprises à négocier l'organisation du travail, l'amélioration de la productivité, d'une façon à créer de la valeur pour tout le monde. Et faire en sorte que les entreprises soient productives sans conflit, sans litige. Parce que ça prend maintenant des ententes qui génèrent de l'efficacité, de la productivité », insiste Me Gaudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer