Tristan vit son rêve

Le petit Tristan a enfin eu la chance... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay)

Agrandir

Le petit Tristan a enfin eu la chance de réaliser Rêves d'enfant, le point culminant de son combat contre le cancer.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

« Il ne faut jamais abandonner. C'est la devise de mon karaté. J'ai hâte de revoir mes amis à l'école. »

Le petit Tristan est un gagnant. Depuis janvier 2015, il a fait preuve d'une force ahurissante pour combattre l'ennemi, un neuroblastome de stade 4.

À son arrivée à l'aéroport de Bagotville, le... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay) - image 2.0

Agrandir

À son arrivée à l'aéroport de Bagotville, le petit Tristan arborait fièrement sa casquette de Dingo.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay

Tout au long de cette longue bataille pour vaincre le cancer, le Jonquiérois avait un but ; vivre un rêve à Walt Disney World avec ses parents et sa grande soeur Jade, âgée de 10 ans. Il s'accrochait à ce voyage, offert par la Fondation Rêves d'enfants. 

« C'était fantastique. Je me sens très content. Ce que j'ai préféré a été Universal Studios », a mentionné le petit bonhomme de 7 ans, visiblement murit par la maladie. 

Accueillie par Le Progrès-Dimanche lors de son débarquement à Bagotville, hier après-midi, la petite famille avait encore la tête dans les nuages. Yeux illuminés et sourires aux lèvres, les enfants et leurs parents semblaient si apaisés. Quant au jeune courageux, il arborait fièrement sa belle casquette de Dingo.

Jade, Tristan et leurs parents Caroline Tremblay et... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay) - image 3.0

Agrandir

Jade, Tristan et leurs parents Caroline Tremblay et Mario Boily sont de retour d'un fabuleux voyage à Walt Disney World.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay

« Cette semaine de rêve venait boucler la boucle. Nous avons appris le 7 avril qu'il était en rémission. Le voir en forme et vivre une vie comme le font les enfants de son âge a fait un bien énorme à mon coeur de mère », a commenté Caroline Tremblay.

Line Villeneuve, la mamie de Tristan, avait tellement hâte de serrer son petit-fils dans ses bras. « Les 16 derniers mois ont été les pires de ma vie. J'ai prié pour qu'ils me donnent le cancer à moi plutôt qu'à mon petit-fils », a déclaré la dame, les yeux remplis d'eau.

C'est le 2 janvier 2015 que Caroline Tremblay et Mario Boily ont appris que leur bambin était atteint d'une grave maladie. Le mois suivant, alors que Tristan était hospitalisé à Québec, ils ont su que leur cadet avait des métastases osseuses de la tête aux pieds. « Ça a été le coup le plus raide. La vie a arrêté. La prise en charge a été primordiale puisque c'est le néant lorsque nous sommes frappés par une telle nouvelle », a témoigné M. Boily.

En tout, Tristan a reçu sept cycles de chimiothérapie. Il a aussi subi une opération, une culture de cellule souche et une greffe de moelle osseuse. « Nous avons souvent eu peur de le perdre. Il a été malade aussitôt qu'il a terminé sa poche numéro un de chimio. Ça a été intense. Nous avons changé notre vision de la vie et nous restons effarouchés », ont raconté les parents, qui se sont absentés du travail pour être au chevet de leur chérubin. 

Tristan Boily bénéficiera d'un suivi médical serré puisque les cas de rechute du neuroblastome surviennent surtout au cours des deux premières années qui suivent la rémission. Il tient à remercier la Fondation Rêves d'enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer