Le projet de 16 M $ au Carrefour Racine traîne

Le projet de l'homme d'affaires Paul Boivin au Carrefour Racine tarde à se... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay)

Agrandir

Photo Le Progrès-dimanche, Michel tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le projet de l'homme d'affaires Paul Boivin au Carrefour Racine tarde à se réaliser.

Le coup d'envoi des travaux qui devraient mener à la rénovation complète de l'immeuble, à l'ajout d'étages supplémentaires et à la construction d'un stationnement à étages flambant neuf devait être donné en septembre 2016. Le promoteur confirme qu'il n'a pas encore bouclé le financement.

Selon des informations transmises au Progrès-Dimanche, plusieurs commerçants du centre-ville doutent que le projet se réalise. Certains sont carrément exaspérés parce que le stationnement demeure un véritable problème dans le secteur de la rue Racine. Il faut préciser que lorsque la Ville a cautionné le projet de Paul Boivin, évalué à 16 millions $, l'homme d'affaires s'était engagé à rénover l'autogare de la rue Hôtel-Dieu et à y créer 300 espaces. Deux étages ont été retranchés du stationnement parce qu'ils n'étaient pas sécuritaires. Depuis, l'autogare a bien mauvaise mine. 

L'implication de Saguenay dans le projet relève du fait que l'administration municipale a confirmé son intention de louer des locaux dans le futur complexe de Paul Boivin pour y loger des organismes culturels aux prises avec des besoins d'espace. La Ville était autrefois propriétaire de la partie abritant le CLSC, mais l'a vendue à Boivin en 2013. Il y a un an, l'administration municipale a accepté de céder son droit sur l'immeuble pour permettre au propriétaire d'obtenir un prêt.

Nous avons joint Paul Boivin par téléphone, mais il n'a pas souhaité discuter du dossier. Selon lui, le projet n'est pas mort, mais il a été modifié depuis la présentation des esquisses l'an dernier. 

« Le projet évolue dans le bon sens. Le financement reste à finaliser. On essaie de voir si on n'est pas capables de trouver une solution », a-t-il simplement déclaré, ajoutant qu'il est lui aussi exaspéré que les choses avancent à pas de tortue.

Lorsque le CLSC a renouvelé son bail de location jusqu'en 2018, le promoteur estimait que la présence d'un locataire à long terme était un atout et lui permettrait d'enclencher les travaux. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean paie 610 000 $ annuellement pour la location des locaux.

Le comité exécutif de Saguenay a récemment mandaté la firme L'Immobilière pour qu'elle procède à l'analyse de bail du local projeté au Carrefour Racine, ce qui tend à confirmer que le projet n'est plus le même que celui dévoilé l'an dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer