Jim & Jane Productions victime d'un vol

Les bureaux de Jim & Jane Productions ont... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les bureaux de Jim & Jane Productions ont été la cible de voleurs dans la nuit de mercredi à jeudi. Les cofondateurs Stéphanie Gagné et Paul Champoux espèrent qu'un cri du coeur lancé sur les médias sociaux permettra de retrouver leur matériel.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Jim&Jane Productions a été victime d'un vol. L'entreprise de production cinématographique et corporative s'est fait dérober deux ordinateurs et une dizaine de disques durs externes. Une véritable catastrophe pour la PME qui voit ainsi des heures de travail lui être subtilisées.

Les bureaux de Jim & Jane Productions ont... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Les bureaux de Jim & Jane Productions ont été la cible de voleurs dans la nuit de mercredi à jeudi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Un ou des individus se sont introduits dans les bureaux de Jim&Jane Productions dans la nuit de mercredi à jeudi. Deux ordinateurs MacBook Pro ont été volés, de même que des disques durs contenant plusieurs publicités et vidéos corporatives. Des projets en cours.

«Malheureusement, le gros problème est là. Certaines publicités sont récupérables, puisqu'on peut refaire des tournages, mais pour d'autres, c'est plus compliqué. Je devais envoyer trois publicités à Montréal jeudi, qui n'ont pas pu être envoyées et il va falloir aller reprendre des images puisque je n'ai plus le matériel», déplore Stéphanie Gagné, cofondatrice de l'entreprise avec Paul Champoux. «Il faut repartir à zéro pour certains projets.»

Pour l'entreprise, la perte est inestimable. «C'est énormément d'heures de travail, je ne peux même pas quantifier, je ne peux même pas estimer. Juste pour les publicités qui devaient partir jeudi, c'est 10 heures de montage facilement, en plus des heures de tournage. C'est beaucoup d'heures perdues.»

Pour le voleur, les disques durs présentent peu d'intérêt.

«Les disques durs ne valent pas très cher et comme ce sont des disques professionnels, ça prend un boîtier spécial pour les lire. Le boîtier n'a pas été volé. Il n'y a donc rien à faire avec les disques. Ils valent chacun entre 200$ et 300$, mais pour moi, ils ont une valeur inestimable. Je suis au chômage forcé, je n'ai plus d'ordinateur, plus de salle de montage, plus de disques durs, tout ce que j'avais à remettre dans des délais courts doit être retardé», affirme celle qui estime la valeur du vol à plus de 50 000$.

Le délit aurait été commis dans la nuit de mercredi à jeudi, probablement entre 1 h 30 et 5 h.

«Paul (Champoux) a quitté les bureaux aux environs de 1 h ou 1 h 15 et le concierge était sur place vers 5 h. C'est lui qui a constaté les dégâts.» La porte d'entrée du bureau a été fracassée à l'aide d'un outil. Une autre porte de l'immeuble porte des traces de tentative d'introduction, mais n'a pas été ouverte.

«Ce qui est étrange, c'est qu'il faut une clé magnétique pour pénétrer dans l'immeuble et que la porte n'a pas été forcée. L'ordinateur de sécurité qui permet de connaître les allées et venues des gens a été volé. On se demande comment quelqu'un a pu savoir où était caché cet ordinateur.»

Jim&Jane Productions a lancé un appel à l'aide à la population via les réseaux sociaux. Stéphanie Gagné espère qu'il sera entendu. «J'espère que les gens vont réaliser que ce qu'ils ont fait n'est pas correct ou que quelqu'un va entendre parler de quelque chose. Les ordinateurs, qu'ils les gardent, c'est du matériel. Je veux juste retrouver mes disques durs, mes données. Pour l'entreprise, c'est vraiment ce qui fait le plus mal.»

L'histoire n'est pas sans rappeler celle de l'auteur-compositeur-interprète Ian Kelly qui s'était fait voler les deux disques durs contenant son prochain album, ainsi que celle de l'écrivain Bruno Hébert qui s'est fait dérober son ordinateur contenant son prochain livre. Dans les deux cas, ils avaient pu retrouver leur création après avoir lancé un cri du coeur sur les médias sociaux. «J'espère que ça se terminera bien pour nous aussi», conclut Stéphanie Gagné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer