La SPS à la rencontre des citoyens

L'agent de prévention Dominic Simard accompagne la coordonnatrice... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'agent de prévention Dominic Simard accompagne la coordonnatrice de la Table locale de concertation en matière de violence faite aux femmes et aux adolescentes, Émilie Fortin.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La devise de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) est la suivante : Respect, loyauté, intégrité, professionnalisme. À l'occasion de la Semaine québécoise de la police, laquelle débute aujourd'hui, les agents de la paix ont bien l'intention de démontrer aux citoyens à quel point ils ont leur travail à coeur.

Au cours des deux ou trois dernières années, la SPS n'a pu souligner la Semaine de la police en grande pompe, pour diverses raisons, tant logistiques et qu'opérationnelles. Cette année, ce sera différent et le service déplacera des effectifs sur le terrain pour permettre à la population d'aller à la rencontre des représentants des forces de l'ordre employés pour les servir. De nombreux citoyens vouent une fascination à l'égard du travail de policier, une profession honorable, mais aussi empreinte de mystère.

Dominic Simard, sergent à l'unité Prévention, intervention, judiciaire et communautaire, porte le chapeau de grand manitou des activités orchestrées dans le cadre de la Semaine de la police. Dès demain, il prendra le chemin de l'École nationale de police de Nicolet, où il assistera à une cérémonie de remise de médailles en compagnie de son collègue, le capitaine Denis Turcotte. Le policier Thierry Leroux, originaire de la région et mort en service à Lac-Simon il y a quelques mois, sera honoré. 

« C'est un petit gars de chez nous et on va lui rendre hommage au nom du service. Il y aura des cénotaphes qui seront dévoilés en l'honneur de policiers qui sont morts en devoir », explique le sergent Simard. Il ajoute que le périple marquera le coup d'envoi des activités de la semaine.

Un stand sera érigé mercredi au centre commercial Le Faubourg Sagamie, dans le secteur Arvida, où les gens seront invités à venir jaser avec des agents et à leur poser des questions. Des policiers de la SPS livreront aussi une conférence à l'École secondaire Kénogami en lien avec la toxicomanie. Ce sera l'occasion, pour eux, de présenter la trousse 1-2-3 Party, destinée aux jeunes qui s'apprêtent à vivre leur bal de finissants. Des enfants de l'École primaire Sainte-Bernadette auront aussi la chance de voir et d'entendre des policiers en uniformes. 

Les porte-étendards de la SPS iront également à la rencontre des Baieriverains, qui pourront les trouver aux Galeries de La Baie, jeudi. 

En plus de cette programmation, le service de police de Saguenay est partenaire de la conférence d'Ingrid Falaise, présentée par la Table locale de concertation en matière de violence faite aux femmes et aux adolescentes de Chicoutimi (voir autre texte).

« On continue de travailler à l'élaboration du plan d'action de la Table régionale en violence conjugale et agressions sexuelles », a également souligné Dominic Simard.

La comédienne Ingrid Falaise a vécu sous le... (Photo Agnieszka Stalkoper) - image 2.0

Agrandir

La comédienne Ingrid Falaise a vécu sous le joug d'un amoureux manipulateur et narcissique durant plus de deux ans; il l'a violée, séquestrée et a menacé de la tuer.

Photo Agnieszka Stalkoper

Tenter de briser le cycle de la violence

L'an dernier, la Sécurité publique de Saguenay (SPS) a reçu 151 plaintes en lien avec des agressions sexuelles, tous types confondus. C'est une hausse par rapport à l'année précédente, alors que 123 dossiers de cette nature ont été traités par les autorités policières.

Ces chiffres parlent d'eux-mêmes et confirment la nécessité d'agir en amont pour tenter d'éradiquer ce fléau et de briser le cycle de la violence. C'est dans ce dessein bien précis que la Table locale de concertation en matière de violence faite aux femmes et aux adolescentes de Chicoutimi a invité la comédienne et auteure Ingrid Falaise à venir prononcer une conférence le 18 mai à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Le passage de Mme Falaise à l'émission Tout le monde en parle l'an dernier a touché des milliers de téléspectateurs. Son livre, Le Monstre, relate les abus et la violence que lui a fait subir son ex-conjoint, dont elle a été sous l'emprise pendant plus de deux ans. 

Émilie Fortin est coordonnatrice de la Table locale. Pour elle et son équipe, inviter Ingrid Falaise allait de soi puisqu'elle était la personne tout indiquée pour parler du cycle de la violence et inviter les gens à poser des gestes concrets pour le briser.

Dénoncer ou dévoiler

La conférence d'Ingrid Falaise n'a pas pour but de forcer les femmes à dénoncer la violence dont elles font l'objet en portant plainte à la police. Émilie Fortin fait une distinction bien précise entre les notions de dévoilement et de dénonciation. 

« Parfois, il s'agit simplement d'en parler à un proche pour se libérer de cette souffrance associée à la lourdeur du poids qui est porté », fait valoir la coordonnatrice, qui rappelle qu'il n'est jamais trop tard pour dénoncer, si tel est le chemin que souhaite emprunter la victime.

L'activité de mercredi sera conviviale. La conférencière, assise sur un tabouret et proche de son auditoire, veut créer un climat de proximité et de confiance. Plusieurs billets ont déjà trouvé preneur, mais il est toujours possible d'en acheter au Café Cambio. Un nombre limité sera offert à la porte.

« L'Institut de la statistique du Québec dit que plus de 100 000 Québécoises ont été victimes de violence physique de la part de leur partenaire en 2002. Pour Saguenay, c'est environ 2000 femmes. Elles ont besoin d'aide pour sortir du cycle. Après la conférence, nous allons donner des pistes d'action concrètes », note Émilie Fortin. La responsable conclut en rappelant que si les proches d'une victime souhaitent véritablement l'aider à s'en sortir, ils devraient s'en tenir à deux éléments fondamentaux : la croire et rester à ses côtés sans la juger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer