10 ans d'implication en santé

Le directeur de la santé publique du CIUSSS,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le directeur de la santé publique du CIUSSS, Donald Aubin, l'ambassadrice des saines habitudes de vie de Québec en forme, Sylvie Bernier, et le directeur de la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie, Mario Leone, ont tenu une conférence de presse pour souligner l'implication du Saguenay-Lac-Saint-Jean à améliorer les habitudes de vie de la population.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le cadre du 3e colloque tenu par la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie (TIR-SHV) à l'UQAC, qui se déroulait sous le thème «Ensemble, réveillons la force» jeudi, le centre de recherche a tenu à souligner 10 ans d'implication de la région pour améliorer la santé de la population.

En conférence de presse, le directeur de la santé publique du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Donald Aubin, la représentante de Québec en forme, Sylvie Bernier, et le directeur du TIR-SHV, Mario Leone, ont mentionné les réalisations de la région dans ce domaine.

«J'ai été très touchée de voir tout ce qui se fait dans les jardins communautaires, avec le projet ''Un trésor dans mon jardin'' par exemple, et de voir que la région est extrêmement proactive dans tout ce qui touche le développement psychomoteur des enfants», a raconté Mme Bernier.

En 10 ans, Québec en forme a investi 9,4 millions de dollars au Saguenay-Lac-Saint-Jean seulement, afin d'aider à former les éducateurs, professeurs et intervenants des différents milieux.

«Ce n'est pas juste d'arriver, de faire un atelier pour faire bouger les jeunes puis de s'en aller. C'est beaucoup plus long parce qu'on doit y retourner et former une expertise», a-t-elle expliqué.

Selon la représentante de Québec en forme, il est difficile de chiffrer les retombées de l'investissement, qui a profité à plusieurs écoles et organismes, mais on peut déjà voir les résultats.

«Dans une école, au lieu d'animer les récréations, on a formé de ''jeunes leaders'' qui le font eux-mêmes. Maintenant, l'école peut poursuivre ce programme année après année. De plus, à l'aréna de Dolbeau-Mistassini, ils ont rajouté des choix santé à la cantine», a ajouté Mme Bernier.

Pourtant, elle croit tout de même que beaucoup de travail reste à faire, une position que partage le Dr Aubin.

«On est dans la moyenne provinciale en ce qui concerne le tabagisme. Pour l'obésité, on s'inscrit dans la tendance nord-américaine. Sauf qu'en ce qui concerne l'alcoolisme, on se démarque négativement. On a un plus haut niveau que les autres régions. En santé mentale aussi», a-t-il raconté.

Toutefois, il a mentionné qu'il s'agissait de données de 2012, date de la dernière étude, et qu'un grand mouvement c'était emparé de la région. Selon lui, on peut espérer que les résultats se sont améliorés.

La prochaine étude sur les saines habitudes de vie aura lieu en 2017.

Pour Mario Leone, la meilleure façon de changer les choses est de créer des environnements favorables aux saines habitudes de vies.

«Les gens continuent à mal s'alimenter parce que les produits sont très accessibles: il y en a partout et ça coûte moins cher. Le jour où ça va disparaître et où les prix vont augmenter, les gens vont arrêter d'en manger. C'est comme ça qu'on peut rendre un environnement favorable», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Saguenay a été reconnue pour son engagement au Défi Santé 2016. La ville fait partie des 19 municipalités qui ont eu le meilleur taux de participations dans toute la province.

Lancé en 2005, le Défi santé invite les municipalités à faire la promotion des saines habitudes de vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer