La transparence de Promotion Saguenay questionnée

La conseillère Julie Dufour... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La conseillère Julie Dufour

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère municipale Julie Dufour a jugé nécessaire de relire la décision Hovington de la Commission municipale du Québec.

Elle en arrive à la conclusion qu'il y a dans ce dossier des similitudes avec l'affaire Bernard Noël qui a connu son dénouement lundi au Palais de justice de Chicoutimi devant le même tribunal administratif.

Dans les deux cas, avance la conseillère de Shipshaw, l'organisme Promotion Saguenay est en cause et dans les deux cas, ce sont des conseillers municipaux qui oeuvrent ou évoluent à proximité d'organismes à but non lucratif bénéficiant du support financier de l'organisme de développement économique. Selon la conseillère, les deux événements justifient de se questionner sur la transparence de Promotion Saguenay ainsi que le contrôle de l'organisme sur les subventions accordées aux organismes.

«Je crois que c'est vraiment important de prendre le temps de bien lire la décision de la Commission municipale dans le dossier de Fabien Hovington et du Festival forestier de Shipshaw. Comme c'est le cas pour la Coupe des Nations, nous sommes en présence de deux conseillers municipaux qui effectuent des demandes de financement à Promotion Saguenay pour un OBNL. Dans les deux cas, Promotion Saguenay fait des chèques sans vérifier plus loin les raisons de ces voyages ou de la dépense. On se rend compte après dans les deux cas que l'objectif poursuivi avant le départ n'est pas celui qui se réalise», précise Julie Dufour.

Dans le cas du festival forestier, la conseillère mentionne que la décision de la commission nous apprend que les organisateurs de la Norvège avaient clairement informé avant leur départ les membres de la délégation du festival de Shipshaw que ça ne servait à rien de se rendre en Scandinavie puisque l'organisation des championnats du monde n'avait pas d'intérêt pour Shipshaw. Le courriel a été reçu par la directrice générale du festival et en même temps attachée politique au bureau du maire Jean Tremblay, Isabelle Bélanger.

«Malgré ce courriel, l'attachée politique du maire, Fabien Hovington, Pierre Guillot et Isabelle Bélanger ont fait le voyage en Europe», reprend la conseillère. Pour Julie Dufour, il est devenu évident que les personnes qui portent plusieurs chapeaux risquent de vivre des situations conflictuelles et elle croit que Jean Tremblay est le premier à se placer dans cette situation en tant que président de Promotion Saguenay.

«On est à se demander si les membres du conseil municipal poseraient plus de questions si le maire Tremblay n'occupait pas la fonction de président de Promotion Saguenay. À part les états financiers obtenus par le passé par une demande d'accès, il n'y a pas beaucoup d'information sur Promotion Saguenay. Je ne dis pas que ce qu'ils font n'est pas bien. C'est simplement qu'il serait normal que les membres du conseil et les citoyens puissent poser des questions à Promotion Saguenay», poursuit la conseillère indépendante.

Bernard Noël a réussi le même manège en parvenant à obtenir une subvention additionnelle à une première commandite de 100 000$ de Promotion Saguenay. L'argent qui devait servir à l'achat des médailles et chandails a finalement permis de payer des billets d'avion et frais de voyage pour le conseiller, sa femme et sa fille. Julie Dufour constate qu'il a réussi à passer par dessus les mécanismes de contrôle sans que personne ne se demande pourquoi l'organisme avait besoin d'un montant de l'ordre de 5000$ après avoir obtenu une somme de 100 000$.

Julie Dufour n'a pas l'intention de demander à son collègue de l'arrondissement Jonquière de remettre sa démission de conseiller municipal. «Je ne m'étais pas caché pour réclamer son retrait du poste de président du conseil d'arrondissement. Je fais les choses publiquement. Je ne demanderai pas sa démission du conseiller et je le laisse faire lui sa réflexion sur son avenir», a conclu Julie Dufour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer